ERC Starting Grant

Développer de nouvelles approches ciblées pour la prévention de maladies respiratoires


Dans Recherche Communiqués de Presse

Le Conseil européen de la recherche vient d’octroyer un ERC Starting Grant d’un montant de 1,5 Mi€ à Thomas Marichal, chercheur qualifié FNRS et investigateur Welbio au GIGA-I3. Ce financement, qui s’étend sur une période de 5 ans, va lui permettre de développer son projet « IM-ID » qui vise à étudier en profondeur l'identité et la fonction d'une population de macrophages régulateurs du poumon qui s'avère être une cible prometteuse dans le traitement de maladies respiratoires, comme l'asthme.

L'

homéostasie du poumon est la capacité qu'a l'organe à assurer ses fonctions physiologiques (la respiration) tout en se protégeant contre toutes les agressions extérieures auquel il est exposé (la pollution, les allergènes, les pathogènes, etc). Cette homéostasie est rendue possible en grande partie grâce au système immunitaire du poumon qui, lorsqu'il est sain et fonctionnel, est capable de prévenir l'apparition de maladies dites à médiation immunitaire - des maladies causées par le dérèglement du système immunitaire, telles que l'asthme. Lors de précédents travaux de recherches, Thomas Marichal et les chercheurs du Laboratoire d'Immunologie Cellulaire et Moléculaire (GIGA-I3) ont déjà pu démontrer qu'une population de cellules immunitaires du poumon, les macrophages interstitiels pulmonaires étaient capables de prévenir et de limiter le développement de l'asthme, soulignant ainsi leur rôle de régulateurs cruciaux de l'homéostasie pulmonaire. Cependant, ces macrophages restent jusqu'à ce jour une population assez énigmatique dont on connait peu de choses. Or, il est primordial d'augmenter nos connaissances dans ce domaine (notamment, identifier les signaux qui les instruisent et les programmes moléculaires de différenciation qui contribuent à déterminer leur identité et leur fonction), sans quoi il est illusoire de vouloir les manipuler dans des buts thérapeutiques. Dans son projet, baptisé IM-ID et qui vient de recevoir un soutien du Conseil européen de la Recherche, Thomas Marichal souhaite atteindre ce but en utilisant des outils et technologies de pointe, développés et disponibles à l'institut GIGA.

Cette recherche améliorera la compréhension des mécanismes de base qui sous-tendent la régulation fine des macrophages tolérogènes et fournira ainsi des bases solides pour de nouvelles approches ciblées pour la prévention des maladies respiratoires dans lesquelles les (dys)fonctions des macrophages intersitiels ont été impliquées.

ERC Starting Grants

Les ERC Grants constituent des instruments majeurs déployés par le Conseil Européen de la Recherche pour financer des projets de recherche en Europe. La procédure, extrêmement sélective, ne retient que les meilleurs chercheurs et des projets de recherche de très haut niveau, mêlant audace et compétence pour s’attaquer à des voies de recherche inédites susceptibles, en cas de succès, d’enrichir substantiellement les connaissances.
Il y a 5 types de subventions : Starting Grants, Consolidator Grants, Advanced Grants, Synergy Grants et Proof of Concept

Les subventions ERC Sarting sont conçues pour aider les jeunes chercheurs (2-7 ans d'expérience depuis l'achèvement du doctorat) présentant un bilan scientifique très prometteur et une excellente proposition de recherche.

Thomas Marichal

Thomas Marichal est Docteur en Médecine Vétérinaire de l'Université de Liège depuis 2007. Il a ensuite débuté une thèse de doctorat en tant que boursier F.R.S.-FNRS au Laboratoire d'Immunologie Cellulaire et Moléculaire (LCMI) de l'Institut GIGA sous la supervision du Pr. Fabrice Bureau. Son travail de doctorat a conduit à la découverte des mécanismes d'action des adjuvants à base d'aluminium, les adjuvants les plus largement utilisés dans la vaccination humaine et animale. En 2011, grâce à une bourse postdoctorale Marie Curie, Thomas a rejoint l'équipe du Pr. Stephen Galli à l'Université de Stanford en Californie, où ses collègues et lui-même ont découvert que les immunoglobulines de type E, connues pour leurs rôles délétères dans les réactions allergiques, peuvent être bénéfiques dans le contexte de la protection contre les venins d'abeilles et de serpents. De retour à l'Université de Liège en 2015 (LCMI, GIGA) en tant que boursier postdoctoral du F.R.S.-FNRS, il a reçu le prix Acteria Early Career Research en Allergologie décerné par la Fédération Européenne des Sociétés d'Immunologie. Un an plus tard, il devient chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS et, plus récemment, investigateur Welbio. Au cours des dernières années, son laboratoire se concentre principalement sur le rôle des cellules myéloïdes et structurales dans la régulation de l'homéostasie des muqueuses et des maladies à médiation immunitaire, telles que l'asthme ou les maladies inflammatoires de l'intestin.

En savoir + sur les recherches de Thomas Marichal

Le rhume exacerbe la réaction immunitaire des patients asthmatiques

Vers de nouveaux traitements contre l'asthme

Asthme : bons et mauvais éosinophiles

La toxicité des venins contrée par les anticorps allergiques

Partagez cette news