Sortie de presse en traduction

L'ULiège dans le roman de Pablo Montoya "Triptyque de l'infamie"

autour du graveur de Bry


Dans Enseignement Campus Culture

«Triptyque de l’infamie», traduction française de «Tríptico de la infamia», roman de l’auteur colombien Pablo Montoya, sort de presse aux éditions du Rocher. Ce roman, lauréat de trois prix prestigieux, relate la vie de trois artistes du XVIe siècle dont le liégeois Théodore de Bry. Pablo Montoya est venu à l’Université de Liège pour découvrir cet artiste, grâce aux collections et documents du Musée Wittert et du fonds précieux des Bibliothèques.

C’est pendant ses recherches doctorales à Paris, dans les années 1990, que Montoya s’est intéressé aux premières représentations européennes du monde indigène. Il décide alors d’user de la littérature pour relater la violence de la Conquista, mais en adoptant le point de vue de trois artistes. Son roman Triptyque de l’infamie relate donc la biographie des Français Jacques Le Moyne et François Dubois, ainsi que du Liégeois Théodore De Bry, qui ont tous trois illustré, chacun à sa manière, la violence qui a marqué le XVIe siècle. De Bry est l’auteur de nombreuses gravures fondées sur des récits d’explorateurs. Il a notamment illustré la Très brève relation de la destruction des Indes, l’ouvrage fondamental de Bartolomé de las Casas dénonçant les atrocités commises par les Espagnols durant la « Conquista ».

Le Musée Wittert de l’ULiège possède des archives historiques et de nombreuses gravures de De Bry, père et fils. Au Fonds précieux des Bibliothèques universitaires, se trouvent aussi des ouvrages que De Bry a illustrés, dont l'ouvrage de Las Casas. C'est là que l'auteur colombien s'est documenté.

Pablo Montoya aime à dire combien il a apprécié les quelques jours passés à Liège en 2013 et l’aide précieuse que le Musée Wittert lui a apportée dans ses recherches. Il y a découvert la vie, la famille et les œuvres de Théodore de Bry et poursuivi le fantôme de l’artiste dans la ville et ses monuments. La troisième partie de son roman, celle consacrée à De Bry, se présente d'ailleurs sous une forme différente des autres, car l'auteur interrompt la narration pour intercaler des commentaires sur le processus d'écriture du roman et sur la ville de Liège.

De retour à l’Université de Liège cette année dans le cadre d’un prolongement du festival littéraire international Mixed Zone, Pablo Montoya a parlé de son œuvre littéraire aux étudiants du cours de Cultures hispaniques de Kristine Vanden Berghe, avec une attention toute particulière à ce roman où Liège trouve sa place.   

Pablo Montoya, Triptyque de l’infamie, Trad. Jean-Marie Saint-Lu, éditions du Rocher, Monaco, octobre 2018, 464 p

Extrait du roman "Triptyque de l'infamie" p. 232.

Avant d'arriver là [à l’Université de Liège], j'ai passé un temps à parcourir le centre historique de la ville. [...] . Les gens sont spontanés et ont l'air de ne pas s'en faire. Aucune prétention d'être un noyau urbain modèle [...] Je ne sens nulle part ni arrivisme ni pédanterie. Simplement, c'est une ville qui ne va pas à la dérive de la modernité et qui ne s'est jamais détachée, je crois qu'elle ne pourrait jamais le faire, de son passé médiéval.

 

Une interview de Pablo Montoya par les chercheurs Nicolas Licata et Tamara Conrod, réalisée lors de sa venue à Liège en mars 2018, sera publiée dans Le 15e Jour de Janvier 2019.

  

Partagez cette news