Equipement scientifique

Une plateforme de courantologie pour étudier l’influence d’un canyon sous-marin sur les écosystèmes côtiers


Dans Recherche

Le GHER et le laboratoire d’Océanographie biologique (Unité de recherches FOCUS)  viennent d’obtenir un crédit de recherche du F.R.S.-FNRS pour l’acquisition de neuf courantomètres munis de multiples capteurs qui vont leur permettre, notamment, de récolter des données aidant à la caractérisation de l’écologie de la baie et plus largement de la dynamique des systèmes côtiers en regards avec les perturbations climatiques actuelles.

L

es canyons sous-marins – qui peuvent parfois atteindre plus de 1000 mètres de profondeur - facilitent les échanges entre le milieu côtier et l’océan à travers des remontées d’eaux profondes plus froides, plus salées et chargées de nutriments, ou par des descentes d’eaux de surface qui entraînent vers les fonds des nutriments et des sédiments. Ces flux sont très importants car ils influencent l’écologie et l’économie des écosystèmes côtiers (concentration du phytoplancton, présence de poissons et de mammifères marins, activité de pêche, etc). Il est donc important d’étudier ces flux afin de comprendre leur dynamique.

Le GHER et le laboratoire d’Océanographie Biologique (Unité de recherches FOCUS / Faculté des Sciences) viennent d’obtenir un crédit de recherche du F.R.S-FNRS pour acquérir neuf courantomètres, des instruments destinés à mesurer la vitesse d’écoulement des eaux. Ces nouveaux outils de surveillance vont être implantés dans la baie de Calvi, près de la STARESO, la Station des recherches sous-marines et océanographiques de l’ULiège, afin d’étudier le canyon sous-marin qui borde la baie et son impact sur l’écosystème côtier. Six courantomètres classiques mesureront et enregistreront le courant à la profondeur à laquelle ils seront installés et trois Acoustic Doppler Current Profiler (ADCP) qui, posés près du fond, seront capables de mesurer les courants en « 3D » (profils de vitesse dans une épaisseur d’eau). Ces courantomètres sont également munis de capteurs sensibles capables de mesurer la salinité, la température, et l’oxygène dissous.

Cinq lignes de mouillage seront installées, trois lignes posées à la limite de la frontière ouverte de la baie, une ligne à la limite du canyon et une ligne à l’intérieur de la baie (Figure 1). Cette disposition en croix permettra de mesurer les mouvements d’eau, de connaître leurs directions et leurs vitesses.

GOBERT mouillage courantometres

Les données récoltées seront analysées et étudiées par les chercheurs des laboratoires liégeois en vue de comprendre l'influence des processus hydrodynamiques, comme les fronts, les tourbillons et les intrusions des eaux profondes, sur la Baie de Calvi, et ce à différentes échelles spatiales (sous-mésoéchelle à mésoéchelle) et temporelles (horaire à inter annuel). Ces données alliées aux données météorologiques et biologiques acquises en continu dans la Baie permettront de caractériser la baie (temps de résidence, influence des vents, apparition des blooms planctoniques, durée des blooms).

L’influence et le lien avec les processus à grande échelle, comme l’oscillation nord-atlantique  (NAO, North Atlantic Oscillation) - un phénomène touchant le système climatique du nord de l’océan atlantique qui induit des perturbations climatiques dans la région  de l'océan Atlantique du Nord, Europe et de la Mer Méditerranée - seront étudiés par la mise en relation avec des données issues de la télédétection (capteurs infrarouge et optique).

Contacts

Aida ALVERA-AZCÁRATE
Jean-Marie BECKERS
Sylvie GOBERT

 

Partagez cette news