Prix littéraires

Vinciane Despret et Jacques Dubois couronnés par l'Académie royale


L’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique a couronné ce samedi 9 mars la philosophe et psychologue Vinciane Despret, pour son ouvrage "Au bonheur des morts" et le sociologue de la littérature Jacques Dubois pour son essai "Le roman de Gilberte Swann. Proust sociologue paradoxal".

L'Académie royale décerne en mars ses prestigieux prix (bi)annuels. En 2017, deux chercheurs de l'ULiège avaient été couronnés : Laurent Demoulin avait reçu le prix Verdickt-Rijdams pour son roman Robinson, et Gérald Purnelle le prix Quinot-Cambion pour L’écriture et la foudre. Jacques Izoard et François Jacqmin. Cette année, deux nouveaux chercheurs de l'Université de Liège sont à l'honneur.

Vinciane Despret

DESPRET Vinciane

La mission principale des scientifiques est d’interroger sans cesse le monde physique et la société dans laquelle nous vivons. Vinciane Despret a développé une méthode personnelle d’observation et d’enquête anthropologique sur le terrain qui a apporté des résultats remarquables dans son étude du monde animal, bien loin des présupposés habituels.  Ce geste anthropologique, elle l’a transféré en 2015 à un tout autre objet : une enquête -  philosophique -  sur la manière dont les morts entrent dans la vie des vivants. « Les morts, dit-elle, font de nous des fabricateurs de récits. » Les témoignages qu’elle recueille sont des constructions narratives complexes qui manifestent que les vivants oscillent entre différentes versions possibles, sans chercher à résoudre l’ambiguïté de la situation.  « Ces expériences qu’on taxe d’irrationnelles ne sont telles que parce qu’elles sont traduites dans un cadre de pensée rigide et inapproprié qui n’arrive pas à en saisir la finesse et la complexité, dit-elle. Elles ne sont irrationnelles que si on se place du point de vue du rationalisme le plus étroit. »

Au bonheur des morts avait déjà été couronné du prix des Rencontres philosophiques de Monaco en 2016.  Le prix Verdickt-Rijdams de l'Académie récompense un ouvrage qui porte sur le dialogue etntre les arts et les sciences. Il est décerné à Vinciane Despret pour son ouvrage Au bonheur des morts et pour l’ensemble de son travail d’anthropologue.

Depuis la parution de l'ouvrage, Vinciane Despret est fréquemment invitée à faire des conférences sur le sujet.  Voir par exemple "Quand les morts secouent nos habitudes" au Musée Branly en 2017.

Vinciane Despret, Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, éditons La découverte, Coll. "Les empêcheurs de penser en rond", 2015. Réédité dans la collection "Poches essais", 2017.

À propos de l'auteure

Vinciane Despret est philosophe et psychologue. Esprit perpétuellement en éveil, cherchant toujours à penser autrement, à se détacher de la pensée commune, elle se passionne pour les comportements des animaux et les relations que les humains entretiennent avec eux. Ses recherches lui font emprunter la voie de la philosophie des sciences. Entre 2015 et 2017, elle étudie, d’un point de vue philosophique, les modalités d’entrée en relation avec les morts. Son prochain ouvrage, "Habiter en oiseau" paraîtra l'automne prochain aux éditions Actes Sud.

Vinciane Despret a notamment publié : Penser comme un rat ; Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée

ses publications sur orbi

 

Jacques Dubois

DUBOIS Jacques

Après s’être intéressé à Albertine, premier amour de Marcel Proust (Pour Albertine sorti au Seuil, en 1997), Jacques Dubois continue sa recherche sociologique dans l'ouvre de Proust autour cette fois de la figure de Gilberte Swann, fille de Charles Swann et d’Odette de Crécy. Fille d’un bourgeois et d’une femme légère, Gilberte est un personnage complexe et ambivalent, dont la personnalité oscille sans cesse entre ce qui lui vient de sa mère et ce qu’elle a hérité de son père. Avec l'étude de Gilberte, Jacques Dubois propose un regard sociologique mais aussi littéraire, une lecture sensible de l’œuvre, avec humour et intelligence.

La Recherche du temps perdu est un sujet inépuisable de recherche littéraire et sociologiques. « Montrer le pouvoir de mutation des personnages et surtout leurs tendances contradictoires est une constante dans la totalité du roman, explique Jeannine Paque, dans sa présentation de l'ouvrage pour 'Le Carnet et les Instants'. C’est alors que l’ouvrage de Dubois est si intéressant parce qu’il va débusquer dans le texte et en dessous le sens dérobé ou refoulé qui s’avère majeur. »

Le prix Quinot-Cambron de l'Académie distingue un auteur belge d'un essai en langue française.

Jacques Dubois, Le roman de Gilberte Swann. Proust sociologue paradoxal, Seuil, 2018, 227 p.

À propos de l'auteur

Jacques Dubois est professeur émérite de l’université de Liège où il a enseigné la littérature française des XIXe et XXe siècles ainsi que la sociologie de la littérature et des institutions culturelles. C’est un grand spécialiste de Simenon, dont il a édité l’œuvre dans la Pléiade. Jacques Dubois a fortement marqué de son empreinte la recherche contemporaine en littérature et plus particulièrement en sociologie de la littérature.

Ses publications sur orbi

Partagez cette news