ERC Starting Grant

Bénédicte Machiels décroche un financement européen pour son projet ‘VIROME’



Bénédicte Machiels, chercheuse au sein du laboratoire d’Immunologie-vaccinologie du centre FARAH (Fundamental and Applied Research for Animals and Health) de la Faculté de Médecine vétérinaire, décroche une bourse du Conseil européen de la Recherche (ERC Starting Grant) de 1,5 million d’euros pour son projet VIROME (VIral Regulation Of Monocyte Education). Par cette recherche, Bénédicte Machiels espère révéler les mécanismes responsables de l’éducation des monocytes en vue du développement de stratégies thérapeutiques ciblées pour mieux contrôler ou réorienter certaines réponses immunitaires délétères.

Il existe une très grande variation dans les réactions immunitaires que chaque individu développe lors d’une exposition à un stimulus donné (un microorganisme pathogène ou inoffensif, un allergène, un vaccin, un polluant, etc.). Ces différences s’expliquent en partie par notre patrimoine génétique mais aussi et surtout, par notre exposition antérieure à certains facteurs environnementaux. Parmi ceux-ci, les microorganismes tant symbiotiques que pathogènes jouent un rôle fondamental dans la modulation de l'immunité de l'hôte. En particulier, l’empreinte (souvent sous-estimée) laissée par les virus sur le système immunitaire est déterminante, surtout si elle a lieu au cours de la petite enfance. Par exemple, les gammaherpèsvirus - virus très prévalents chez l’homme - ont développé de nombreux mécanismes immunomodulateurs leur permettant de persister au cours de la vie. Ces propriétés représentent un avantage pour le virus mais parfois également pour l’hôte.

Au cours de précédents travaux, Bénédicte Machiels et l’équipe de recherche du laboratoire d’Immunologie et Vaccinologie avaient mis en évidence les propriétés régulatrices acquises par certaines cellules de l’immunité innée, les monocytes, en réponse à l’infection par un gammaherpèsvirus. Recrutés sur le site inflammatoire, les monocytes et les cellules qui en dérivent (certains macrophages) peuvent alors réguler la réaction immune et par exemple, inhiber le développement de l’asthme allergique.

Au lendemain de cette découverte, de très nombreuses questions persistent cependant. La polarisation fonctionnelle des monocytes est-elle seulement l’apanage des gammaherpèsvirus ? Comment expliquer un rôle à long terme des monocytes ‘éduqués’ par les virus alors que ces cellules innées ne persistent que quelques jours ? Quelle pourrait-être l’influence d’autres virus ? Où les monocytes sont-ils éduqués par les virus ? Par quels mécanismes ? Avec quelles conséquences sur l’immunité de l’hôte ? Autant de défis que le projet ERC Starting Grant ‘VIROME’ propose de relever.

Les monocytes étant impliqués dans la lutte contre les pathogènes mais également parfois dans des processus délétères tels que l’inflammation chronique ou la progression des tumeurs, comprendre ce qui détermine leur profil régulateur ou pro-inflammatoire est un enjeu crucial pour dégager de nouvelles stratégies thérapeutiques.

À propos de Bénédicte Machiels

Diplômée de la Faculté de Médecine Vétérinaire à l’ULiège en 2007, Bénédicte Machiels a poursuivi son parcours en entamant un doctorat en tant qu’aspirant F.R.S.-FNRS au sein du laboratoire d’immunologie-vaccinologie (FARAH), sous la supervision du Professeur Laurent Gillet. Son sujet de thèse qui s’est intéressé aux gammaherpèsvirus, a révélé des stratégies virales particulières pour échapper à la reconnaissance par le système immunitaire de l’hôte. En 2011, Bénédicte Machiels obtient un mandat de Chargé de recherches F.R.S.-FNRS. Cette bourse lui permettra d’une part, de réaliser un séjour postdoctoral au sein du laboratoire de Toby Lawrence dans le centre d’immunologie de Marseille Luminy (CIML) et d’autre part, d’investiguer avec Laurent Gillet, l’influence des infections par les gammaherpèsvirus sur le développement ultérieur de réponses allergiques. Ses recherches, publiées en 2017 dans Nature Immunology, ont conduit à la découverte étonnante chez la souris que l’infection par un gammaherpèsvirus protégeait complètement du développement de l’asthme allergique. Actuellement, Bénédicte Machiels poursuit ses travaux dans le laboratoire d’immunologie-vaccinologie, au sein du centre FARAH de la Faculté de Médecine Vétérinaire. Au cours de ses dernières années, sa recherche s’est concentrée essentiellement sur les mécanismes qui déterminent la polarisation des monocytes-macrophages vers un profil pro-inflammatoire ou régulateur et sur les conséquences à long terme de cette ‘éducation’ pour l’immunité de l’hôte.

ERC Starting Grants

Les ERC Grants constituent des instruments majeurs déployés par le Conseil Européen de la Recherche pour financer des projets de recherche en Europe. La procédure, extrêmement sélective, ne retient que les meilleurs chercheurs et des projets de recherche de très haut niveau, mêlant audace et compétence pour s’attaquer à des voies de recherche inédites susceptibles, en cas de succès, d’enrichir substantiellement les connaissances.
Il y a 5 types de subventions : Starting Grants, Consolidator Grants, Advanced Grants, Synergy Grants et Proof of Concept

Les subventions ERC Starting sont conçues pour aider les jeunes chercheurs (2-7 ans d'expérience depuis l'achèvement du doctorat) présentant un bilan scientifique très prometteur et une excellente proposition de recherche.

Découvrir nos lauréats ERC

Ressources et supports à l'ULiège

Partagez cette news