Équipement remarquable

Le premier scanner IRM 7 Tesla en Belgique est opérationnel à l’Université de Liège



L’Université de Liège a inauguré aujourd’hui le premier scanner IRM 7 Tesla opérationnel en Belgique. Cet appareil d’imagerie à ultra-haut champ magnétique est installé au GIGA-Centre de recherches du Cyclotron-In Vivo Imaging de l’ULiège. Grâce à cette technologie dernier cri, les chercheurs vont pouvoir mieux comprendre la physiologie et la pathologie cérébrale de maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie, la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques.

L

e nouveau scanner IRM 7 Tesla sera initialement dédié à la recherche en neuroimagerie. Le niveau de résolution infra-millimétrique de la structure du cerveau et la possibilité de détecter avec une infime précision les variations d’activité du cerveau en action vont permettre la poursuite des travaux de plusieurs équipes scientifiques de l’ULiège dans le domaine des neurosciences et des maladies neurodégénératives.

« Pour approfondir nos connaissances sur la physiologie et les pathologies du cerveau ainsi que nos recherches en neurosciences cognitives, nous devons être en mesure d’étudier des structures et des cellules nerveuses de plus en plus petites », explique le Dr Éric Salmon, directeur médical du GIGA-Centre de recherches du Cyclotron-In Vivo Imaging.

Le MAGNETOM Terra, IRM 7 Tesla développé par Siemens Healthineers, est capable de créer des images de cerveaux humains vivants avec une résolution spatiale isotropique très élevée jusqu’à 0,2 mm. « Ces techniques d’imagerie médicale à ultra-haute résolution sont essentielles pour atteindre nos objectifs scientifiques. »

Ce scanner IRM aidera notamment les chercheurs à identifier plus rapidement les biomarqueurs des symptômes de certaines pathologies, à mieux comprendre le sommeil, à répertorier les processus métaboliques du cerveau et à visualiser les maladies neurodégénératives.

 

140 000 fois plus puissant que celui de la Terre !

L’installation du MAGNETOM Terra constitue un investissement de 8.777.800 euros financé par La Wallonie (4.920.000 euros), les Fonds européens FEDER (3.280.000 euros), l’ULiège (320.000 euros) et le F.R.S.-FNRS (257.800 euros).

Ce scanner IRM est doté d’un ultra-haut champ magnétique de 7 Tesla, 140 000 fois plus puissant que celui de la Terre ! Cette capacité repose sur la technologie d’évaporation à zéro hélium (Zero Helium Boil-Off). Grâce à l’hélium, la température de l’aimant est abaissé à -270 °C, ce qui le rend supraconducteur, permettant à des courants électriques élevés de créer un champ magnétique de 7 Tesla. Plus le champ magnétique est puissant, meilleure est la résolution des images.

Les universités partenaires des équipes de recherches de l’ULiège (ULB, UCLouvain, KULeuven, UGent, UMaastricht) pourront également accéder à cet appareil ultra-performant.

Pierre Wolper, Recteur de l’ULiège : « Les grands progrès scientifiques arrivent grâce à des idées particulièrement originales, mais aussi grâce à des instruments qui nous permettent de voir ce que nos sens ne perçoivent pas. Ainsi, ce scanner IRM 7 Tesla nous permettra de voir le cerveau en fonctionnement avec une résolution exceptionnelle. Ce que nous pourrons apprendre sur cet organe encore mystérieux et sur les maladies qui l’affectent fait rêver, pensons seulement à la possibilité de découvrir la clé qui permettra de guérir des maladies neurodégénératives, dont l’incidence est rapidement croissante. Je suis enthousiaste de voir cet investissement se concrétiser grâce au soutien indispensable de l’Europe, de la Wallonie et du FNRS. »

Carl Laurent, Managing Director Siemens Healthineers Belgium/Lux & Director Diagnostics : « Un diagnostic précis associé à des connaissances scientifiques approfondies sont deux conditions importantes pour la médecine de précision. Pionnier en innovation et acteur important du secteur de la santé, Siemens Healthineers est fier de pouvoir contribuer à cette évolution et est honoré de pouvoir soutenir l'Université de Liège dans ses recherches. »

Véronique Halloin, Secrétaire générale du F.R.S.-FNRS : «  La contribution financière directe du FNRS permet de compléter l’équipement par un système de correction de mouvements de la tête, qui permet d’améliorer la qualité des images,  et un système d’eye-tracker, qui permet par exemple de suivre l’attention du participant lors d’une tâche cognitive. Mais au-delà des aspects techniques, ceci représente une parfaite illustration de la complémentarité entre la recherche fondamentale, portée par le FNRS, et une recherche plus appliquée financée par la Région wallonne. Une complémentarité que nous souhaitons encore développer dans les prochaines années en particulier dans des domaines stratégiques comme les sciences de la vie, le numérique et le développement durable, … »

vid-img-1

Mieux comprendre les maladies neurologiques grâce au scanner IRM 7 Tesla

L’ULiège est la première université belge à s’équiper d’un scanner IRM 7 Tesla qui, avec son ultra-haut champ magnétique, permettra de mieux comprendre les pathologie cérébrale de maladies neurologiques comme la maladie d'Alzheimer, l'épilepsie, la schizophrénie ou la sclérose en plaques.

À propos du GIGA-Centre de recherches du Cyclotron-In Vivo Imaging (GIGA-CRC-IVI), Université de Liège)

La recherche biomédicale est à l’heure actuelle au cœur des activités du GIGA-CRC-IVI de l’ULiège. Grâce au soutien financier de partenaires publics et privés, le GIGA-CRC-IVI s’est doté d’une multitude de plateformes technologiques à la pointe du progrès lui conférant une compétence reconnue dans de nombreux domaines depuis le développement de composés radiopharmaceutiques destinés à l’imagerie du système nerveux central jusqu’à l’acquisition d’images tridimensionnelles de l’anatomie, la biochimie, la physiologie du cerveau chez le petit animal et chez l’homme. Dans le domaine médical, les découvertes scientifiques du GIGA-CRC s’attachent à mieux appréhender les modèles neurobiologiques qui gouvernent le sommeil, la mémoire, les assuétudes, la conscience, la locomotion et les gestes, ainsi que l’action de nouveaux traitements (médicaments, stimulation cérébrale,…). Les applications médicales de ces programmes de recherche couvrent de nombreux domaines dont la maladie d’Alzheimer, de Parkinson, les cycles veille-sommeil et l’épilepsie. Grâce aux progrès techniques, les nouveaux appareillages qui complètent les plateformes deviennent accessibles aux recherches fondamentales en cancérologie et en cardiologie notamment.

Consulter le site web du GIGA

À propos de Siemens Healthineers 

Siemens Healthineers  aide les prestataires de santé du monde entier à fournir des solutions à valeur ajoutée et les accompagne vers l’expansion de la médecine de précision, la transformation des parcours de soins, l’amélioration de l’expérience patient et la digitalisation de la santé. Acteur majeur du secteur des technologies médicales, Siemens Healthineers innove en permanence pour enrichir son portefeuille de produits et de services dans ses activités principales que sont l’imagerie diagnostique et thérapeutique, mais aussi dans les domaines du diagnostic de laboratoire et de la biologie moléculaire. Siemens Healthineers enrichit également constamment son offre de services numériques de santé et de services destinés aux établissements de santé. Fort d’un effectif mondial de 50 000 salariés, Siemens Healthineers a réalisé un chiffre d’affaires de 13,4 milliards d’euros sur l’exercice 2018, clos le 30 septembre, pour un bénéfice net corrigé de plus de 2,3 milliards d’euros. Plus d’informations sur www.siemens-healthineers.com et www.siemens-healthineers.be

Partagez cette news