Prix

Sarah Wertz et Audrey Mertens, lauréates du Prix Ingénieurs sans Frontières


Dans Prix, bourses et distinctions

Sarah Wertz (Gembloux Agro-Bio Tech) et Audrey Mertens (Sciences appliquées), jeunes diplômées de l’ULiège, sont les lauréates du Prix Ingénieurs sans Frontières, qui récompense des travaux de fin d’études qui soulignent l’importance des sciences de l’ingénieur au service d’un développement solidaire et durable.

L

es candidatures étaient ouvertes à tous les étudiants des Universités et Hautes Écoles belges, toutes communautés linguistiques confondues. Et ce sont pas moins de 13 dossiers de candidatures qui ont été retenus, allant de la construction en bambou à l'identification d'espaces pour les populations réfugiées; ou encore du ravitaillement en vol des avions à l'épuration des eaux de distribution ou à la surveillance de l'irrigation par drones, etc. Parmi ces 13 dossiers, ceux de Sarah Wertz et d’Audrey Mertens, qui ont remporté les sufffrages.

Sarah Wertz, Bio-ingénieure de la Faculté de Gembloux Agro-Bio Tech

Sarah Wertz remporte le prix Ingénieurs sans Frontières - Prix Philippe CARLIER qui récompense un travail de fin d’études dans le domaine de la coopération au développement, qui contribue significativement au développement ou à l’adaptation de technologies répondant aux besoins exprimés dans les pays en développement.

Intitulé "Development of a gis based methodology to support decision making for displacement settings’ locations in developping countries : application di Niger.”, son travail de fin d’étude – réalisé sous la supervision des Pr Philippe Lejeune et M. Baudouin - met en avant l’utilisation de moyens technologiques  pour répondre à des besoin exprimés par les communautés humaines dans les pays en développement. En l’occurrence, de la mise en place d’un modèle permettant de déterminer rapidement les lieux adéquats pour accueillir des personnes déplacées, dans un contexte de migration importante, avec comme exemple le déplacement de populations au Niger. Sarah Wertz a mis au point une technologie basée sur les SIG (Systèmes d’Informations Géographiques) afin d’aider à la prise de décision rapide lorsqu’il s’agit de déterminer des endroits conformes aux critères requis pour satisfaire au mieux les besoin des déplacés tout en protégeant la résilience des communautés hôtes ainsi que les ressources naturelles.

Audrey Mertens, Ingénieure architecte de la faculté des Sciences appliquées

Audrey Mertens remporte le prix Ingénieurs sans Frontières - Ingénieur Citoyen qui récompense un travail de fin d’études dont la technologie ou la technique répondent aux objectifs du Développement Durable ou visent à stimuler les transitions durables ou les technologies inclusives, telles que la transition énergétique (bas carbone,…), l’accessibilité des technologies, digitalisation, diversité, l’inclusion,etc.

Intitulé « Construction en Bambou, indicateurs qualitatifs pour l’habitat. Cas  d’études à Bali, Indonésie », son TFE - réalisé sous la supervision des Pr Catherine Eslen et JM Franssen -  tente de mettre en lumière les possibilités offertes par le bambou comme matériel de construction ainsi que ses limites. Audrey Mertens s’est rendue à Bali, centre névralgique de l’artisanat du Bambou, où le matériau est présent en abondance. Bali compte en effet plusieurs usines de traitement de bambou, des ouvriers qualifiés pour les constructions dans ce type de matériau et dispose de quelques bâtiments emblématiques. Au travers de son travail de fin d’études, la jeune étudiante a souhaité comprendre et évaluer la perception qu’ont les balinais des constructions en bambou.

Les recherches d’Audrey avaient déjà été récompensées à l’occasion de l’International Bamboo Construction Competition où elle avait – avec Fantine Fontaine et Chen Qi – remporté le premier prix de l’édition 2019 du concours.

A propos du Prix Ingénieurs sans Frontières

Il y a plus de 30 ans, des ingénieurs se réunissaient autour de la FABI, la Fédération Royale d’Associations Belges d’Ingénieurs Civils et d’Ingénieurs Agronomes, pour créer un Groupe de Travail « Ingénieurs et/ou techniciens sans frontières ». Depuis, Ingénieurs Sans Frontières (ISF) déploie toute son énergie, avec un objectif : améliorer les conditions de vie des populations du Sud grâce à des technologies dont les populations locales peuvent s'approprier.

ISF travaille, en partenariat avec les populations d’Afrique francophone subsaharienne, sur des projets innovants prônant leurs accès aux services essentiels en matière d'assainissement, gestion et valorisation des déchets, d'énergie et d'accès à l'eau.

Avec cette démarche, ISF apporte des solutions concrètes, durables et probantes, qui s'enracinent et foisonnent dès que des résultats concluants sont démontrés, et ce, tout en prenant compte les considérations de gouvernance, sociales, environnementales et économiques.

Forte des compétences de ses experts, des ingénieurs bénévoles et volontaires, son travail ne ressemble à aucun autre : collaboration, sur le terrain mais surtout depuis la Belgique, avec des ingénieurs et des collègues du Sud, passionnés et passionnants !

De même, ISF conscientise ses étudiants et ses ingénieurs en Belgique pour les rendre des futurs et des ingénieurs plus responsables de leurs impacts sociétaux.

ISF remercie fortement la Fabi, la Fédération Royale d’Associations Belges d’Ingénieurs Civils, d’Ingénieurs Agronomes et de Bioingénieurs, pour avoir, cette année encore, sponsorisé ses 2 Prix ISF.

ISF est soutenue depuis toujours par ses 7 associations des diplômés des écoles d’ingénieurs des Universités Francophones du pays, membres fondatrices, à savoir l’AIGx, l’A.I.Lg, l’A.I.Ms, l’A.I.M., l’EPBA, l’AIALv et l’AILouvain.

Consulter le site internet

Partagez cette news