Projet Interreg

Un pas de plus dans la mise en place de l’ambitieux projet du télescope Einstein


Dans Recherche

Copyright: Artist Impression Einstein Télescope, Marco Kraanlegende.

L’Union européenne vient d’approuver le projet Interreg V-A EMR E-TEST, coordonné par des scientifiques de l’Université de Liège*. Doté de 15 millions d’euros, ce projet vise à permettre au consortium de partenaires impliqués dans le grand projet du télescope Einstein, d’effectuer des premières études sur les sous-sols de l’endroit pressenti pour l’installation du télescope, dans la région des Trois Frontières au sein de l'Euregio Meuse-Rhin, ainsi que la construction d’un prototype – jamais réalisé à ce jour – de grand miroir suspendu à température cryogénique.

U

n pas supplémentaire vient d’être franchi dans le cadre de la construction d’un télescope à ondes gravitationnelles, le télescope Einstein (Projet Einstein Telescope EMR Site & Technology), dans la région des Trois Frontières, au sein de l’Euregio Meuse-Rhin. Le consortium d’institutions et de centres de recherche – dont fait partie l’ ULiège, qui porte le projet - vient en effet de se voir attribuer 15 millions d’euros pour le projet E-TEST de l’Union européenne dans le cadre d’un financement Interreg V-A EMR (un programme européen qui dans son axe Innovation vise à renforcer et faire croître les collaborations et synergies entre les entreprises, les centre de recherches et les institutions académiques dans l’Euregio Meuse-Rhin) .

Un projet, deux objectifs

Le montant de la subvention - qui s’élève à 15 millions d’euros – sera financé pour moitié par l’Union Européenne et pour autre moitié par la région wallonne, la région flamande, le ministère néerlandais de l'économie, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la province du Brabant flamand, la province du Limbourg néerlandais ainsi que par des fonds propres de tous les partenaires et financera deux « sous-projets ».

Le premier sous-projet consiste en une étude approfondie des sous-sols (via des capteurs et senseurs enfouis à 300 mètres de profondeur) permettant de cartographier et modéliser les sous-sols de la région afin de s’assurer de leur stabilité. Cette étude permettra de consolider l'emplacement du télescope Einstein, et d’optimiser sa conception dans la région EMR. Pour Frédéric Nguyen, professeur de géophysique appliquée au sein de l’Unité de recherches UEE (Faculté des Sciences appliquées) : « Les forages en profondeur et l’imagerie géophysique à grande échelle sont coûteux. Par conséquent, l'information relative sous-sol est généralement clairsemée. Non seulement ici, mais dans de nombreux endroits en Europe et dans le monde. C'est pourquoi il est nécessaire (et indispensable dans le cas de l’implémentation du télescope Einstein) de soutenir les initiatives visant à mieux connaitre la géologie et le sous-sol. »

Le second sous-projet consiste au développement d’un prototype de grand miroir suspendu à température cryogénique, un prototype encore jamais réalisé à ce jour. La mise en place de ce prototype permettra de valider la technologie qui pourra améliorer grandement la sensibilité du télescope Einstein aux ondes gravitationnelles de basses fréquences, générées par la fusion de trous noirs très massifs. « Comprendre le commencement de l'Univers est le rêve de l'Humanité.  La mise en place du télescope Einstein pourra apporter de nouvelles réponses à cette quête. Pour y parvenir, il faudra un nouvel instrument d'observation innovant et ultra-froid installé dans une grande infrastructure enfouie à 300 m de profondeur pour atténuer les vibrations induites par l'activité humaine, le vent ou le mouvement du sol. », explique Christophe Collette, chargé de cours au sein de l’Unité de recherche A&M (Faculté des Sciences appliquées) et Chef de file scientifique de cet axe du projet.

À noter également que ce prototype sera réalisé au Centre Spatial de Liège, en collaboration avec des entreprises du parc scientifique de Liège, telles qu’AMOS.


11 partenaires en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne

Le projet E-TEST sera coordonné par l'Université de Liège au travers de son Interface Entreprises-Université (Annick Pierrard, senior Interreg Project Manager), dirigé scientifiquement par des chercheurs de l'ULiège (Professeurs Christophe Collette, Jérôme Loicq et Frédéric Nguyen), et mené par un consortium de 11 partenaires en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne*

*Université de Liège (Unités de recherche Aérospatial & Mécanique (A&M) et Urban and Environnemental Engineering (UEE) / Faculté des Sciences appliquées / Centre Spatial de Liège (CSL) / GEOLOGY / Faculté des Sciences / STAR Research Institute ), RWTH Aachen, UHasselt, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, NMWP Management GmbH, Fraunhofer-Gesellschaft für Förderung des Applied Forschung e.V., KU Leuven, Nikhef, KNMI, UCLouvain et Maastricht University.

Ce consortium sera également complété par un réseau de partenaires satellites incluant l’Université Libre de Bruxelles, la Vrije Universiteit Brussels, l’Université de Gand, l’Université d’Anvers et l’Université de Mons.

En plus des partenaires universitaires et des centres de recherches, un nombre important d’entreprises belges, allemandes et hollandaises soutiennent cette initiative qui aura des fortes retombées économiques dans de nombreux secteurs.


Contacts

Annick PIERRARD  - Senior Interreg Project Manager - Interface Entreprises-Université de Liège

Christophe COLLETTE  - Unité de recherches A&M (Aérospatiale & Mécanique)

Jérôme LOICQ - Unité de recherches A&M (Aérospatiale & Mécanique)/ STAR Research Institute / Centre Spatial de Liège

Frédéric NGUYEN – Unité de recherche UEE (Urbanand Environmental Engineering)


LOGO wallonie 

La Région Wallonne contribue à 40% du financement des partenaires wallons de ce projet.

LOGO Interreg EMR EN  The E-TEST project is carried out under the Interreg V-A Euregio Meuse-Rhine Programme, with €7.5 million from the European Regional Development Fund (ERDF). By investing EU funds in Interreg projects, the European Union invests directly in economic development, innovation, territorial development, social inclusion and education in the Euregio Meuse-Rhine.

Partagez cette news