Exposition

Secrets de botanique à Liège


Infos

Dates
Du 12 décembre 2019 au 7 mars 2020
Lieu
Archéoforum de Liège
Place Saint-Lambert
4000 Liège
Voir la carte
Horaires
Ouvert du mardi au samedi de 10 h à 17 h. Fermé le dimanche (sauf le 1er dimanche du mois de 13 h à 17 h), le lundi, les jours fériés légaux

À travers différents endroits de la ville par le biais d’oeuvres d’art, de plantes et de planches de botanique jamais montrées, elle dévoile les secrets d’une histoire liégeoise rarement racontée

Depuis sa naissance, la botanique connaît un grand succès à Liège.

Dès le XVIe siècle, des Liégeois ont été de véritables précurseurs de cette nouvelle science. Parmi les plus illustres, Remacle Fusch, chanoine de la collégiale Saint-Paul de Liège, est l’auteur du plus ancien ouvrage de botanique du pays.

Plus tard, des personnalités acquièrent une renommée internationale, à l’instar de Charles Morren, professeur à l’Université de Liège, qui mit au point la fécondation artificielle de la vanille en 1836.

Cette exposition est le fruit du travail de Laurent GOHY, commissaire de celle-ci, aidé de François MARICHAL.

Il l'évoque en ces termes :

"Le point de départ est Remacle Fusch au XVIe siècle et Rembert Dodoens. Avec les cathédrales Saint-Paul et Saint-Lambert, les premiers jardins et ouvrages de botanique. Des livres dont l’Université de Liège garde des exemplaires uniques datant de 1554.

On continue par l’hopital de Bavière, puis l’Université de Liège - sa création, son parc des flores et les premiers cours de botaniques-, ensuite la création des serres du jardin botanique situé rue Louvrex et qui était propriété de l’Université.

On continue le fil avec la Boverie, projet du célèbre professeur de botanique Edouard Morren. On évoque les explorations au début du XXe siècle pour amener le visiteur à l’Institut de botaniques au Sart Tilman. Et son futur.

Chaque lieu est associé avec des plantes, des ouvrages et dessins de l’herbarium. Ceci permet de faire connaitre cet outil de recherche et de référence botanique utilisé pour décrire des espèces nouvelles, faire des comparaisons, étudier l’évolution... Ainsi que bien d'autres questions auxquelles les chercheurs - parmi lesquels de nombreux étrangers - viennent chercher des réponses.

Tous ces lieux n'avaientt jamais été montrés de cette manière, ce qui explique le titre de cette exposition Secrets de Botaniques à Liège.

Les lieux sont également associés à un parfum afin de replonger les visiteurs dans le temps ou le lieu, toujours en relation avec chaque vitrine."

À propos du commissaire de l'exposition

Laurent GOHY travaille à l’Université de Liège depuis 14 ans. Dans ses fonctions, figurent la responsabilité d’un laboratoire de biologie évolutive et de l’herbarium. À l'origine, il était en outre chargé de développer un laboratoire de génétique plus précisément destiné à étudier les plantes sauvages, ceci en relation directe avec l’herbarium.

Au fil du temps, et à force d’ouvrir caisses et armoires, il s'est rapidement aperçu qu’il n’y avait pas qu’une collection de plantes (entre 700.000 et 900 000) toutes espèces confondues mais que les collections comprenaient également livres, photos, cartes, dessins... Des trésors, pour la plupart, complètement inconnus, ou oubliés, de l’Université et de l'Institut de Botanique.

C'est après cet inventaire, qu'il a été décidé, en accord avec les Prs Emmanuel Serusiaux et Alain Vanderpoorten, de commencer à prêter divers éléments pour des expositions et de tenter de faire revivre l’herbarium, de le moderniser et surtout de le faire connaitre au sein de l’Université et de la communauté des chercheurs en botanique.

 

Dans le cadre de cette exposition, le 20 février, Geneviève XHAYET, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de l’Université de Liège, donnera une conférence intitulée L’usage des plantes dans la médecine médiévale.

en savoir +

Partagez cet agenda