Coronavirus

Le Roi au labo Covid de l’ULiège


SM le Roi a visité ce mardi 10 novembre le laboratoire Covid de l’ULiège, qui, avec 450.000 analyses à ce jour, est celui qui a réalisé le plus grand nombre de tests en Belgique.

L

e Roi a été accueilli par le Recteur Pierre Wolper, par le Gouverneur Hervé Jamar et le Bourgmestre Willy Demeyer. Il s’est rendu en Faculté de Médecine vétérinaire au sein de laquelle le laboratoire Covid a été créé de toutes pièces en avril dernier autour des Pr Fabrice Bureau, Vice-recteur à la recherche, et Laurent Gillet, Vice-doyen à la recherche de la Faculté de Médecine vétérinaire. Pour la visite, la Faculté était représentée également par son Doyen, le Pr Georges Daube.

La visite avait pour but de présenter au souverain le rôle important de l’Université de Liège depuis avril dans le dépistage du Sars-CoV-2, le virus responsable de la Covid-19. L’ULiège a mis au point une nouvelle méthode automatisée de test de type PCR et a sécurisé l’approvisionnement des réactifs nécessaires à l’extraction du matériel génétique viral en créant dans ses laboratoires une filière de production autonome.

L’ULiège a rejoint la plateforme fédérale de testing, et c’est sa méthode automatisée qui est actuellement répliquée dans sept autres laboratoires hospitalo-universitaires belges (ULB et Institut de Biologie clinique ; UCLouvain et Hôpital Saint-Luc Bruxelles ; KU Leuven et UZ Leuven ; Université de Namur et CHU-UCL Namur ; Université de Mons et Hôpital de Jolimont ; Universiteit Antwerpen et UZ Antwerpen ; Universiteit Gent et UZ Gent) qui composent désormais avec l’Université de Liège / CHU de Liège la nouvelle plateforme fédérale.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’ULiège a joué un rôle important dans l’innovation et le dépistage. Elle a fait évoluer sa méthode en mettant au point, avec des entreprises wallonnes, un kit d’auto-prélèvement de salive avant l’analyse PCR en laboratoire. Cette méthode accélère le processus en facilitant le prélèvement, réalisé par chaque personne et non par un opérateur comme pour le prélèvement naso-pharyngé, et en rendant inutile la première étape du travail en laboratoire, le virus étant inactivé directement lors de l’auto-prélèvement de salive.

Le test salivaire a été proposé aux étudiants et au personnel de l’ULiège à la fin septembre. Il a été suspendu à partir du 26 octobre suite au passage en code rouge des universités et à la nécessité de réorienter cette capacité d’analyses PCR des tests salivaires vers les priorités les plus pressantes pour la région et le pays, en répondant à la demande du gouvernement wallon de réaliser un testing régulier des 47.000 membres du personnel des 602 maisons de repos et de soins de Wallonie. Ce testing débute cette semaine.

Quotidiennement, la capacité d’analyses PCR du labo Covid de l’ULiège, à la fois sur les échantillons naso-pharyngés et sur les salivaires, tourne entre 12.000 et 16.000. C’est une équipe de 25 personnes qui permet de réaliser cet immense effort de dépistage au service du pays et de sa population.

Partagez cette news