Sédation palliative : l’évaluation de la conscience et de la perception de la douleur peut être améliorée.


Dans Recherche

Une récente étude doctorale menée par Stefaan Six , docteur en sciences sociales de la santé (VUB), docteur en santé publique (GIGA - ULiège), chercheur postdoctoral, Mental Health and Wellbeing Research Group, Vrije Universiteit Brussel, montre que l'estimation clinique de la profondeur de la sédation et de la présence de douleurs pendant la sédation palliative pourrait être améliorée par l'utilisation des moniteurs médicaux.

P

endant la sédation palliative, les soignants doivent évaluer si le patient (inconscient) est suffisamment confortable. Cela se fait en vérifiant si le patient présente des signes de douleurs (observation clinique). De nouvelles recherches doctorales menées par Stefaan Six à la VUB et à l'ULiège montrent maintenant que les estimations observationnelles de la conscience et de la douleur ne correspondent pas toujours aux indicateurs neurophysiologiques de celles-ci. La méthode d'évaluation clinique traditionnelle peut donc s’avérer peu fiable et la souffrance du patient peut rester inaperçue ou sous-évaluée. À la suite de cette étude, le Dr Six conclut que les méthodes standard actuelles d'évaluation du confort du patient pendant la sédation palliative peuvent au moins être remises en question et qu'il convient de réfléchir à la manière dont un suivi plus objectif peut être mis en œuvre dans les soins palliatifs.

L'étalon-or pour détecter la douleur et l'inconfort est l'auto-évaluation du patient. Cependant, en cas de sédation palliative continue, les patients ne sont plus en mesure de communiquer. L'étude du Dr Six a examiné comment les estimations cliniques des personnels soignants correspondaient à l'évaluation fournie par deux moniteurs utilisés en chirurgie. En outre, le chercheur a également fait des évaluations avec quatre échelles d'observation "classiques". Les résultats de l'étude - qui ont été publiés dans la revue scientifique Pain and Therapy (Springer) - montrent qu'il semble y avoir peu de correspondance entre les estimations cliniques subjectives des soignants et les estimations objectives des moniteurs.

Les moniteurs utilisés étaient le moniteur Neurosense et le moniteur Analgesia Nociception Index (ANI). Le Neurosens montre à quel point la personne est sous sédation. Le moniteur ANI donne une indication de la douleur éventuelle. Ce moniteur peut également détecter une éventuelle surdose d'analgésique. Au total, 108 évaluations ont été étudiées en détail dans un groupe de 12 patients. En outre, le chercheur a également procédé à des évaluations à l'aide de quatre échelles d'observation "classiques".

Dr. Stefaan Six : " L'une des conclusions les plus frappantes est que si, selon le moniteur, il y avait encore une possibilité de conscience, celle-ci n'était reconnue par les soignants que dans 24% des cas, ce qui signifie qu'elle était manquée dans environ 3/4 des cas ! Il semble également qu'il y ait peu de corrélation entre les échelles d'observation classiques et les valeurs du monitoring. "

Par ailleurs, des médecins, des infirmières et des membres de la famille ayant participé à l'étude avec les moniteurs ont également été interviewés dans le cadre de l’étude. Cela a montré qu'un tel monitoring objectif était réalisable et acceptable pour toutes les parties concernées et que son utilisation était considérée comme une valeur ajoutée. Les résultats de ces interviews ont été publiés plus tôt cette année dans la revue Journal of Pain and Symptom Management (Elsevier).

Dr. Stefaan Six : " Ces études montrent que les estimations cliniques de la profondeur de la sédation et de la présence éventuelle de douleurs peuvent être améliorées en utilisant des appareils de monitoring pendant la sédation palliative. En outre, toutes les parties concernées ont jugé acceptable l'utilisation de moniteurs. Nous devons donc réfléchir à la manière dont nous pouvons mettre en œuvre cette approche dans le domaine des soins de santé. "

Cette thèse de doctorat a été réalisée en co-tutelle au Mental Health and Wellbeing Research Group de la Vrije Universiteit Brussel (promoteur Prof. Reginald Deschepper, co-superviseur Prof. Johan Bilsen) et au Coma Science Group / GIGA Consciousness de l'Université de Liège (promoteur Prof. Steven Laureys).

Sources

  • Six, S., Laureys, S., Poelaert, J. et al.Neurophysiological Assessments During Continuous Sedation Until Death Put Validity of Observational Assessments Into Question: A Prospective Observational Study. Pain and Theraoy (2020). DOI: https://doi.org/10.1007/s40122-020-00214-z
  • Six, S., Van Overmeire, R. et al. Attitudes of Professional Caregivers and Family Members Regarding the Use of Monitoring Devices to Improve Assessments of Pain and Discomfort During Continuous Sedation Until Death. Journal of Pain and Symptom Management (2020). DOI: https://doi.org/10.1016/j.jpainsymman.2020.02.015
  • Towards a better understanding of what palliative sedated patients experience. Linking numbers to experiences, VUBpress 2020.

Partagez cette news