22 mars : Journée Mondiale de l’eau

L'ULiège s'implique pour réduire sa consommation d'eau


La Journée Mondiale de l’eau est célébrée chaque 22 mars. Cette journée permet de rappeler que 11 % de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau potable et que même en Wallonie, le risque de raréfaction des ressources en eau à cause du changement climatique est probable et pourrait notamment réduire la qualité des eaux de surfaces.

Les consommations d’eau en quelques chiffres

  • Un Wallon consomme en moyenne 120 litres d’eau par jour, ce qui le place parmi les plus économes des Européens (moyenne à 200 l/jour) voire des pays "développés" où la consommation peut dépasser les 250 litres par jour. Selon une association de consommateurs belges, la répartition de la consommation d’eau d’un ménage est globalement la suivante :
    • 35 % pour les WC,
    • 33 % pour l’hygiène corporelle,
    • 13 % pour la lessive,
    • 10 % pour la préparation d’aliments et la vaisselle,
    • Le reste étant réparti à parts égales pour le nettoyage et le jardin.
  • Le rendement de transport des réseaux d’eau varie généralement entre 70 à 85 %[1][2]. Cela signifie que pour un mètre cube acheminé à un bâtiment il y a entre 150 à 300 litres qui sont perdus "dans la nature". Le réseau privé du Sart Tilman se place en bon élève vu que le rendement identifié atteint les 90 %.
  • Une fuite d’eau peut se révéler vite couteuse:
    • Une fuite de type "goutte à goutte" à un évier peut représenter jusqu’à 35 m³ d’eau par an soit environ 175 €;
    • Une chasse d’eau de toilettes qui coule en continu peut représenter environ 200 m³ par an portant le coût annuel à plus de 1000 €.

Implication de l’ULiège

Nous l’avions évoqué précédement, l’ULiège a réduit sa consommation d’eau de près de 60 % entre 2005 et 2018 en passant d’une consommation annuelle de 19 m³ par personne (étudiant et personnel) à une consommation de 8 m³ par personne.

Cette diminution a pu être réalisée par un remplacement des dispositifs fonctionnant à eau perdue[3], une maintenance accrue de son réseau d'eau privé au Sart Tilman et une sensibilisation des utilisateurs.

Dans le cadre de son nouveau contrat de maintenance (qui a pris cours en décembre 2018), l’ULiège a prévu de réduire de 4 % les consommations d’eau sur le site du Sart Tilman soit plus de 8 000 m³ grâce à un plan d’investissement ambitieux.

Parallèlement, en 2019, l’ULiège s’est lancée dans le monitoring de deux installations pilotes - Bâtiment central (A1) et le réseau d’eau du Sart Tilman - afin de suivre les consommations d’eau "en temps réel" et de diagnostiquer au plus vite tout dysfonctionnement (telles que des fuites). Ce système remplace les anciens relevés trimestriels qui ne permettaient pas une détection rapide des dérives de consommations ou fuites.

Retour d’expérience

Au bâtiment central, les retours de cette campagne de monitoring sont les suivants :

  • De nombreux dispositifs défectueux (chasses et robinets) ont pu être diagnostiqués et réparés dans la semaine grâce au suivi continu des installations et à l’intervention de la Cellule Maintenance de l’Administation des Ressources Immobilières;
  • Des sabotages (chasses d’eau ou robinets volontairement bloqués en position ouverte) ou oublis de la part des utilisateurs ont également été rapidement diagnostiqués et corrigés;
  • Identification d’une régulation peu efficiente sur un groupe d’urinoirs. Un projet de réaménagement de ces urinoirs est prévu en 2021 afin de réduire de 30 à 50 % leur consommation.

Au Sart Tilman, trois incidents de grandes ampleurs ont été diagnostiqués et résolus rapidement[4]:

  • Rupture d’une canalisation par un engin de chantier appartenant à une société externe (120 m³/h);
  • Ouverture d’une vanne par des utilisateurs alimentant un tronçon du réseau d’eau fermé pour maintenance (12 m³/h);
  • Consommation anormale survenue après le dégel de février (rupture d’un robinet) (5 m³/h).

Perspectives

Fort de cette expérience, la Cellule Planification – Energie et Environnement prévoit d’instrumenter en 2021 et 2022 plus de 20 compteurs d’eau supplémentaires sur le site du Sart Tilman et le campus de Liège centre-ville afin de permettre l’identification de fuites et agir au plus vite sur leurs causes.

En parallèle, un appel est fait aux gestionnaires de bâtiments, aux utilisateurs ou aux groupes locaux impliqués dans la gestion durable pour identifier des installations fonctionnant à eau perdue[3] afin d’envisager leur remplacement par des alternatives plus efficaces.

Conseils

À titre privé, il est conseillé de procéder à une vérification préliminaire de son infrastructure "eau" en identifiant visuellement/auditivement la présence de fuites.

Il est également conseillé de relever le compteur avant et après une période de plusieurs heures sans consommations (nuit ou journée de travail) afin d’identifier une fuite : en effet si le compteur a "augmenté" alors que vous étiez absent ou qu’aucun point d’eau n’a été utilisé, il est vraisemblable qu’une fuite soit présente (ou tout du moins qu'un appareil consomme de l’eau). Ces actions ne refléteront évidement qu’un instantané de votre installation et c’est la raison pour laquelle, il est conseillé de relever son compteur d’eau principal une fois par trimestre afin d’identifier au plus vite des dérives anormales de la consommation d’eau. Des dispositifs commerciaux existent également pour mesurer en "temps réel" la consommation d’eau et avertir l’utilisateur d’une consommation anormale. Dans certains cas, il est même possible de couper l’arrivée d’eau pour éviter des dégâts collatéraux en cas de fuite importante.

Pour clôturer cet article, voici quelques conseils pour réduire sa consommation d’eau :

  • Utiliser les douches (courtes) plutôt que des bains :
    • Un bain représente entre 100 et 150 litres alors qu’une douche de 5 minutes consomme environ 50 litres (débit de 10 litres/minute);
    • Pour vous aider à ne pas prendre des douches trop longues, installer un minuteur (tels ceux que l’on retrouve en cuisine) pour vous avertir de la durée de votre douche;
    • Fermer le robinet d’eau lors du "savonnage";
  • Utiliser un pommeau de douche économique ou un mousseur qui permettent de limiter le débit d’eau et donc la consommation totale du point d’eau;
  • Fermer le robinet lors du brossage des dents et/ou utiliser un gobelet;
  • Choisir des appareils économes en eau (lave-linge / lave-vaisselle). Ceux-ci sont en général aussi plus économes en électricité;
  • Arrosage :
    • De préférence avec un arrosoir afin de cibler uniquement les racines et ne pas arroser toute une zone inutilement;
    • Le soir pour éviter qu’une partie de l’eau ne s’évapore;
    • Veiller à ce que le sol soit meuble afin que l’eau s’infiltre en profondeur et ne percole pas;
    • Utiliser la méthode du paillage (déchets de tonte ou des feuilles par exemple) pour recouvrir le sol où ne se trouvent pas vos plantes afin de réduire l’évaporation du sol;
    • Récupérer l’eau de vos usages quotidiens (rinçage des légumes, eau de cuisson refroidie, eau froide qui coule en attendant qu’elle soit chaude pour la vaisselle ou la douche, …) pour arroser vos plantes;
  • Utiliser l’eau de pluie pour l’alimentation des WC voire du lave-linge (en la filtrant préalablement);
  • Envisager les toilettes sèches.
[1] même si celui-ci peut aller de 50 à 97% en fonction des pays
[3] Un dispositif fonctionnant à eau perdue utilise par exemple de l’eau de ville afin de refroidir un processus (compresseur, prototype de laboratoire); eau qui est ensuite directement relâchée à l’égout.
[4] La "fuite" en m³ par heure est indiquée entre parenthèses.

Partagez cette news