Critique littéraire

Jeanne Remy a séduit le jury du concours de critique littéraire du Goncourt de Belgique


Dans Enseignement Culture Vie étudiante

Ce 16 mars, Jeanne Rémy, étudiante en master Communication à finalité Métiers du livre, était invitée à rencontrer l'écrivain Hervé Le Tellier, lauréat du Prix Goncourt de Belgique, et à animer les échanges avec Pierre Assouline. Elle avait été remarquée par le jury du concours de critique littéraire.

Pour la quatrième fois , des étudiants et étudiantes de l'ULiège du master en Édition et métiers du livre ont participé à la sélection du Goncourt de Belgique. Ils ont désigné un représentant qui a défendu leurs choix à Bruxelles lors du vote final, en décembre dernier. C'est   Hervé Le Tellier qui a été désigné cette année, pour son roman L’anomalie.

Ensuite, les étudiants étaient invités à soumettre une critique de l’ouvrage lauréat à un jury composé de Kerenn Elkaïm (Livres Hebdo), Caroline Lamarche et Lucile Poulain (La Première, Tipik).

Le texte proposé par Jeanne Rémy a beaucoup séduit le jury, malgré un dépassement du nombre de caractères. Il n’a pas pu être retenu comme vainqueur du concours mais le jury a tenu à lui attribuer une mention spéciale. C’est ainsi que ce 16 mars, lors de la remise officielle du Prix Goncourt, Jeanne a eu l’occasion d’interviewer l’écrivain et d’animer la rencontre en présentiel et en visioconférence, aux côtés de Pierre Assouline.

Jeanne Rémy se qualifie elle-même de boulimique littéraire. Sa chambre croule sous les piles de livres. La littérature, elle aimerait en faire son métier.  « J’ai toujours été extrêmement passionnée par la littérature. Sur les réseaux sociaux, j’adore partager mes avis, mes critiques, mes lectures du moment (sur instagram : lilypadwoman). J’adorerais être chroniqueuse littéraire, en radio par exemple, ou vivre à l’étranger et y ouvrir une sorte de café-librairie. Je lis pas mal de classiques, mais ce qui me plait le plus, ce sont sont les genres paralittéraires (Merci M. Dozo),  la littérature jeunesse (merci M. Delbrassine) et la bibliothérapie,  ainsi que la critique littéraire évidemment. Le cours d’atelier de critique de M. Demoulin et M. Bertrand a vraiment confirmé ce que j’aimais réellement faire dans la vie : partager. Un livre, pour moi, est un excellent médiateur. Il peut faire passer des émotions et messages puissants. Ce cours m’a fait découvrir de nouvelles lectures, m’a donné envie d’améliorer ma plume et d’aller plus loin dans cette branche. Les métiers du livre peuvent sembler bouchés, inaccessibles parfois, mais je pense qu’avec un peu de rêve, d’espoir et surtout de la passion, tout est possible. » 

 

À propos du Goncourt de Belgique

Le texte de la critique, publié sur le blog privé de l'étudiante

 

jeanneRemy-4

jeanneRemy-3

La rencontre avec Hervé Le Tellier, Pierre Assouline et Jeanne Rémy Photos ©Académie Goncourt

Partagez cette news