Exposition

Arnaud Eubelen : Free rider project

Au Musée en plein air du Sart Tilman


Infos

Dates
Du 1er avril au 24 mai 2021
Lieu
Parcours au Sart Tilman
Départ : Rond-point Simone David Constant
(Plan à retirer au pavillon d'accueil)

L’artiste plasticien Arnaud Eubelen expose au Musée en plein air du Sart Tilman une série d’installations et de photographies à ciel ouvert. Conçu comme une performance-exposition, le projet est intimement lié au lieu pour lequel les œuvres ont été créées. Balade-découverte au départ du pavillon d'accueil, rond-point Simone David-Constant. N'oubliez pas d'y prendre le plan !

Pendant plusieurs semaines, l’artiste a arpenté à vélo le campus du Sart Tilman dans la perspective de repérer, récolter et progressivement assembler des éléments trouvés sur le site, et d’en faire in fine des installations. Cette volonté de mettre en œuvre des matériaux trouvés sur place renvoie non seulement à sa pratique artistique, fondée sur l’usage de matériaux de récupération, mais elle correspond aussi au désir de créer des œuvres en lien direct avec le site et son histoire. Ainsi, pour ce projet au Sart Tilman, Arnaud Eubelen amplifie le processus jusqu’à s’interdire l’apport de matériaux extérieurs au site. Cette forme de contrainte le conduit alors à ajouter une nouvelle dimension à son travail et considérer des matériaux qui sont généralement absents de son vocabulaire plastique, comme ceux, par exemple, issus directement de la nature.

Les installations d’Arnaud Eubelen sont souvent inspirées d’objets du quotidien tels que des meubles, des luminaires ou des formes architecturales (abris, cabanes, etc.). Mais alors que ses installations suggèrent une fonctionnalité ou une utilisation effective, leur utilisation s’avère souvent contrainte ou inconfortable. L’imparfaite imitation d’un mobilier ou d’une architecture, aux fonctions détournées ou rendus improductifs, lui permet dès lors de poser un regard empreint d’humour et de dérision sur l’environnement humain. Une telle démarche, qui trouve son fondement dans la réinterprétation de matériaux d’origine industrielle, peut aussi se lire comme un commentaire par l’absurde sur les artefacts issus de ce qu’on appelle désormais l’anthropocène.

 

Départ du parcours : Le pavillon d'accueil, au rond-point  Simone David-Constant.
Vous y trouverez le plan à emporter pour votre balade.

En savoir +

 

Partagez cet agenda