Colloque

Interroger

le musée universitaire et ses frontières


Infos

Dates
9 & 10 novembre 2021
Lieu
Salle Académique - Université de Liège
Place du 20-Août, 7
4000 Liège
Prix
Gratuit
S'inscrire

Dans le cadre des activités du nouveau Pôle muséal & culturel de l'ULiège, un colloque international interroge le musée universitaire et ses frontières.

Dans le monde des musées, les collections universitaires occupent une place particulière. Nées et reliées aux missions de recherche et d’enseignement, elles sont destinées a priori à être immédiatement activées dans des laboratoires, salles de cours ou séminaires. Au fil du temps, les collections ont acquis une dimension patrimoniale, devenant des témoins historiques d’un certain rapport au monde. En cela, elles permettent également à tout un chacun de comprendre l’aventure humaine qu’est la science et de la mettre en relation avec d’autres modalités de production de savoirs.

Le colloque des 9 et 10 novembre a pour objectif d’ouvrir le débat sur le patrimoine universitaire et d’enrichir les réflexions grâce aux expériences et aux propositions extérieures. Il s’agira, au cours de cette rencontre, d’aborder la question, complexe, des spécificités des collections scientifiques et artistiques (muséalisées ou non) au sein d’une université ainsi que les relations qu’entretiennent ces collections avec la recherche, l’enseignement et le service à la société. Ce sont donc les frontières du musée universitaire et ses contiguïtés qui seront interrogées.

Télécharger le Programme 

Programme

Mardi 9 novembre  2021

8h30 – Accueil

 

Présentation & introduction : Thomas Beyer

9h00 – Conférence inaugurale - Jean Winand, Premier Vice-Recteur de l’Université de Liège, Président du Pôle muséal et culturel : Des collections universitaires pour quoi faire ? Jeter ou conserver ?

 

Session 1. Présidence : Yves Winkin

10h00 – Boris Wastiau, Musée d'ethnographie de Genève  : Du musée d'ethnographie au musée anthropocène ? Réflexions sur la conception du programmes d'expositions 2021-2024 et le positionnement du MEG (Genève)

En 2019 le MEG (Musée d’ethnographie de Genève) s’est doté d’un ambitieux plan stratégique pour les années 2020-2024. Décoloniser le musée ; renforcer le rôle du musée en tant que plate-forme et partenaire pour des collaborations locales et internationales ; diversifier et inclure de nouveaux publics ; inspirer les processus créatifs, et devenir un musée de référence en matière de développement durable. Après avoir campé le contexte, j’aborderai l’opportunité que le musée a, aujourd’hui, de sortir de la spirale patrimoniale qui le menace d’un repli toujours davantage marqué sur ses collections de provenance coloniale, pour s’engager résolument dans une recherche de pertinence renouvelée pour ses publics. Cette dernière nécessite un changement de paradigme dans la conception et la programmation des expositions, comme elle devra amener à une rupture épistémologique dans de multiples domaines de la muséologie. Ce changement et cette rupture sont l’occasion de redéfinir le champ disciplinaire de l’institution et, partant son positionnement dans le panorama muséal, ce que pourra couronner un changement de dénomination.

11h00 – Hester Dibbits, Erasmus School of History, Culture and Communication (Erasmus University Rotterdam) & Reinwardt Academy (Amsterdam University of the Arts) : Making sense of a collection of collections. Steps towards a framework for professional heritage interventions.

What to do with a museum collection that is actually a collection of different collections? There are many possible answers to this question. 

This lecture discusses different aspects that could be taken into consideration. First we will share some reflections on the interactionist or network approach as a way to better understand complex cultural phenomenons such as a museum. Next we will introduce a set of concepts, that can guide us in our conversation about the actual interventions that museum and heritage professionals might decide upon. Finally, we will bring in a set of competences needed for these interventions to be successful. Inspiration for this outline comes from recent educational and research projects of the Reinwardt Academy for Cultural heritage in Amsterdam. 

12h00 – Échanges et discussion avec l’assemblée

13h00 – Pause déjeuner

 

Session 2. Présidence : Rachel Brahy et Thomas Beyer

14h00 – Denis Vidal,  Université de Paris-Nanterre – Institut de recherche sur le développement : Robots, Musées et automates. Une approche alternative de leur usage possible et de leur pertinence

L’usage le plus courant qui est fait des automates ou des robots dans les Musées est de les présenter comme des objets d’exposition ou de les utiliser au service du fonctionnement des lieux muséaux (fonctions de surveillance, aide aux visiteurs, etc.). Il est possible, cependant, de faire des usages différents des robots ou des automates dans le Musées, tout particulièrement dans les Musées universitaires. Cela peut être de mettre en jeu les catégories propres aux pratiques muséales (comme la relation existante entre visiteurs et objets présentés, par exemple) ou de faire participer les visiteurs à des formes d’expérimentations originales. Cela peut-être aussi d’offrir aux visiteurs la possibilité de porter un regard différent sur les collections présentées ou encore de les inviter, par ce biais, à reconsidérer certaines des catégories qui leurs sont familières et cela, non seulement dans les domaines associés à ceux présentés (technologiques, scientifiques, anthropologiques, artistiques, etc.), mais aussi – comme je le montrerai – en relation avec d’autres enjeux sociaux ou politiques ainsi qu’avec la vie de la Cité. Je voudrais présenter ainsi, dans ma communication, des potentialités inédites qu’offre la présence de robots ou d’automates dans des Musées (aussi, d’ailleurs, les contraintes éventuelles liées à leur présence), en m’appuyant pour cela sur un certain nombre d’expérimentations et de créations originales auxquelles j’ai participé ou auxquelles j’ai eu l’occasion de m’intéresser de près.

15h00 – Échanges et discussion avec l’assemblée

15h45 – Visites

15h45 – Visite de la collection de papyrus (FR - 30 min)
16h15 – Visite de la collection de papyrus (EN - 30 min)

16h45 – Départ à pied vers l'Aquarium-Muséum
17h00 – Visite du chantier des collections du Musée de Zoologie (1h)

18h00 – Apéritif-dinatoire à l'Institut de Zoologie

Mercredi 10 novembre

Session 3. Présidence : André Gob et Jean-Louis Postulat

9h00– Marta Lourenço, UMAC Chair (International Council of museums committee for university museums and collections), University of Lisbon : An explosion of networks : Thoughts on 20 years of university museums, collections and heritage (2001-2021)

Since UMAC – the committee of ICOM for university museums and collections – was created in 2001, the development of the field has been quite impressive. All over the world, there has been a growing number of studies, surveys and literature, increased awareness towards preservation and access, increased use of collections for teaching, research and public activities, better use of staff exchange and training programs, more local, regional and national networks, among so many other fronts. Perhaps the most visible change is the number of outstanding new museum projects in Asia, Europe, Africa and the Americas. Moreover, university museums are actively contributing with research and innovation to the museum sector. In this lecture, I will briefly revise 20 years of change in higher education museums, collections and heritage, with a focus on how professionals have collaboratively networked, organized, and advocated. I will also address issues that remain open and areas of future research and collaboration.

10h00 – Marjan Doom, Ghent University Museum : A university museum that takes a unique position within the crossovers between cultural and academic landscapes

In October 2020 the new and first Ghent University Museum (GUM) opened. The museum pushed the boundaries of existing science museum rules and jumped into a void of true experimentation. By explicitly targeting a young and diverse audience and emphasizing the beauty in its museum displays and programme, this new ‘Forum for Science, Doubt & Art’ encourages visitors, scientists, artists and students to connect through critical thinking, whilst finding nourishment and inspiration in the academic heritage collections. As such, the Forum intertwines the societal roles of both museums and universities to evoke critical citizenship.

11h00 – Échanges et discussion

12h00 – Sébastien Soubiran, Jardin des Sciences, UNIVERSEUM Academic Heritage European Network : Conclusions générales

13h00 – Pause Déjeuner

14h00 – Table-ronde avec les membres du réseau UNIC (ANNULÉ)

L'objectif de cette rencontre est de fédérer, au niveau interuniversitaire, les réflexions sur le partage des savoirs, notamment avec des publics plus fragiles comme on en rencontre dans les villes post-industrielles. Des membres du réseau UNIC présenteront leurs expériences, mais aussi des travaux de recherche. La table-ronde sera animée par Yves Winkin.

 

La traduction anglais/français sera assurée dans la salle.

 

Inscriptions 

Suivez les conférences en direct sur Youtube

Session du mardi 9 novembre - matinée

session du mardi 9 novembre - après-midi

session du mercredi 10 novembre - matinée

 

Ce colloque bénéficie de l'appui de l'ICOM Belgique Wallonie-Bruxelles et du FRS-FNRS.

Partagez cet agenda