Recherche

Les enfants déficients en hormone de croissance seraient-ils davantage exposés à une infection au pneumocoque ?


Dans Recherche

Photo : Shutterstock

Le laboratoire d’Immunoendocrinologie du Pr Vincent Geenen au GIGA-I3 vient d’obtenir des résultats importants qui pourraient avoir une incidence sur la surveillance des enfants présentant une déficience en hormone de croissance (GH). Ces résultats viennent d’être publiés dans deux publications successives, Frontiers in Endocrinology et Frontiers in Immunology.

L

Les chercheurs ont voulu observer les effets d’une déficience en GH sur le fonctionnement du système immunitaire à partir de souris dont le gène codant pour le facteur hypothalamique de libération de la GH (GHRH) a été invalidé. Ces souris désignées GHRH-KO présentent une déficience grave de croissance et pèsent environ 60% de moins que des souris sauvages (Fig. 1A).

Dans un premier temps, Gwennaëlle Bodart a établi que ces souris GHRH-KO présentent une atrophie sévère de leur rate (Fig. 1B) de même qu’une diminution des lymphocytes B dans le sang. Ensuite, Khalil Farhat, chercheur doctorant au GIGA avec le soutien d’une bourse du gouvernement libanais, a montré que les souris GHRH-KO non seulement ne répondent pas aux vaccins anti-pneumocoque mais sont dramatiquement sensibles à une infection non mortelle par le pneumocoque, un agent pathogène thymo-indépendant. En effet, les souris GHRH-KO meurent dès 24h en état de septicémie alors que les souris sauvages éliminent normalement cette infection en 24h (Fig. 1C). Le poumon des souris WT infectées confirme l’absence de toute lésion (Fig. 1D) tandis que le poumon des souris KO infectées est massivement infiltré par des cellules inflammatoires (Fig 1E). Khalil Farhat a également identifié des altérations des cellules de la rate de ces souris KO pouvant expliquer en partie cette susceptibilité au pneumocoque foudroyante et totalement inattendue.

Enfin, aucune différence significative n’est apparue entre souris WT et souris GHRH-KO exposées à un agent pathogène thymo-dépendant, le virus influenza de la grippe.

Pour Vincent Geenen, « ces résultats sans aucune ambiguïté ont une conséquence directe : il sera important de surveiller le développement de la rate et la réponse aux vaccins anti-pneumocoques des enfants présentant une déficience en GH, surtout d’origine congénitale ou génétique. » Dans cette perspective de recherche translationnelle, des contacts ont d’ailleurs été déjà noués avec le service d’Endocrinologie pédiatrique du CHU de Liège (Pr Anne-Simone Parent) et BESPEED (Belgian Society of Pediatric Endocrinology).

Références scientifiques

Bodart G, Farhat K, Renard- Charlet C, Becker G, Plenevaux A, Salvatori R, Geenen V and Martens H (2018), The Severe Deficiency of the Somatotrope GH-Releasing Hormone/Growth Hormone/Insulin-Like Growth Factor 1 Axis of Ghrh−/− Mice Is Associated With an Important Splenic Atrophy and Relative B Lymphopenia. Front. Endocrinol. 9:296. doi: 10.3389/fendo.2018.00296

Farhat K, Bodart G, Charlet-Renard C, Desmet CJ, Moutschen M, Beguin Y, Baron F, Melin P, Quatresooz P, Parent A-S, Desmecht D, Sirard J-C, Salvatori R, Martens H and Geenen VG (2018) Growth Hormone (GH) Deficient Mice With GHRH Gene Ablation Are Severely Deficient in Vaccine and Immune Responses Against Streptococcus pneumoniae. Front. Immunol. 9:2175. doi: 10.3389/fimmu.2018.02175

Figures

 HormoneCroissancePneumocoque-Figure-2

 

Figure 1 – Principales observations récoltées sur les souris GHRH-KO (KO), sauvages (WT) et hétérozygotes (HZ)

 

A. Nanisme d’une souris KO par rapport à une souris WT suite à la déficience en hormone de croissance (GH).

 

 

 

B. Atrophie de la rate d’une souris KO (à droite) par rapport à une souris WT.

 

 

 

 

 

C. Contrairement aux souris WT et HZ, les souris KO développent une septicémie à pneumocoques dès 24 heures après l’infection (P.I.) par instillation intra-nasale d’une dose non mortelle de pneumocoques.

  

 

 

D. Aspect normal du poumon d’une souris WT infectée par une dose non mortelle de pneumocoques.

 

 

  

E. Infiltration inflammatoire massive dans le poumon d’une souris KO infectée par une dose non mortelle de pneumocoques.

 

Remarque : les souris HZ n’ont pas de déficience en GH.

Remerciements

Ces études ont été soutenues par le Gouvernement libanais, la FRIA, le FNRS, la Fondation Léon Fredericq et la Fédération Wallonie-Bruxelles (CRA Somasthym).

Contact

Pr Vincent GEENEN

Partagez cette news