Recherche

Quatre chercheurs de l’ULiège dans le nouveau Conseil Scientifique indépendant de la Wallonie sur les PFAS


Dans Recherche

Sur proposition de la Ministre de l’Environnement, Céline Tellier, le Gouvernement de Wallonie a approuvé ce mercredi la constitution d'un Conseil scientifique indépendant dont la mission est de conseiller le Gouvernement et d’examiner toutes les conséquences des substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) sur la santé humaine. Le Gouvernement a précisé les missions et la composition de ce groupe de six experts parmi lesquels Corinne Charlier, Jean-François Deliège, Gauthier Eppe et Célia Joaquim Justo, scientifiques à l’Université de Liège.

S

uite aux informations relatives à la présence de PFAS dans l’environnement, et plus précisément dans l’eau potable distribuée entre octobre 2021 et mars 2023 dans les communes desservies par le puits de Chièvres, le Gouvernement wallon s’est engagé à prendre une série de mesures visant à protéger les citoyens et l’environnement contre les expositions à de telles substances polluantes.

Parmi ces actions, le Gouvernement wallon a chargé, jeudi dernier, la Ministre de l’Environnement, Céline Tellier, de formuler rapidement des propositions quant à la mise en place d’un groupe d’experts scientifiques qui aura pour mission de conseiller le Gouvernement et d’examiner toutes les conséquences des PFAS sur la santé des personnes. Ce 22 novembre, le Gouvernement wallon a validé la constitution, la composition et les missions précises de ce groupe d'experts.

Composition du Conseil scientifique sur les PFAS

Le Conseil scientifique est composé de profils académiques et scientifiques diversifiés et complémentaires, qui disposent d’une grande expertise en matière de PFAS.

La composition de ce Conseil scientifique est la suivante et pourra être complétée au besoin :

  • Corinne Charlier, Professeure Ordinaire à la Faculté de Médecine de l’Université de Liège (expertise en chimie toxicologique) -
  • Alfred Bernard, Professeur émérite à la Faculté de médecine et médecine dentaire de l’Université Catholique de Louvain (expertise en toxicologie)
  • Catherine Bouland, Professeure à l’Ecole de santé publique de l’Université Libre de Bruxelles (expertise en santé publique)
  • Jean-François Deliège, Professeur associé à la Faculté des sciences / Aquapole de l’Université de Liège (expertise en eau)
  • Célia Joaquim Justo, Professeure associée à la Faculté des sciences / FOCUS de l’Université de Liège (expertise en écotoxicologie)
  • Gauthier Eppe, Professeur Ordinaire à la Faculté des sciences / MolSys de l’Université de Liège (expertise en chimie analytique)

Missions

Le Conseil aura pour mission générale de conseiller le Gouvernement et d’examiner les conséquences des PFAS sur la santé.

Les missions à réaliser en urgence par le Conseil scientifique sont les suivantes :

  • Remettre un avis sur le protocole scientifique qui sera proposé par l’ISSeP permettant le suivi médical des personnes concernées dans les zones où un dépassement de la future norme de 100 ng/l a été constaté dans l’eau de distribution. Ce protocole nécessitera également la validation du Comité d'éthique, conformément à la législation en vigueur.
  • Affiner, si nécessaire, les recommandations sanitaires générales, déjà annoncées, ou relatives à des publics spécifiques (ex : nourrissons, femmes enceintes, etc.) ;

Une fois ces urgences rencontrées, le Conseil aura pour missions de :

  • Préciser les vecteurs de diffusion des PFAS présents dans l’environnement sur la santé pour déterminer le rôle de l’eau potable dans cette diffusion ;
  • Évaluer le besoin, le cas échéant, de réviser les normes de concentration des PFAS dans l’environnement, y compris les seuils de vigilance relatifs à la concentration de PFAS dans l’eau potable ;
  • Formuler des recommandations d’action au Gouvernement en matière de lutte contre les PFAS, complémentairement aux actions déjà prises ou planifiées par le Gouvernement.

Dans un second temps, le Gouvernement wallon examinera la nécessité éventuelle de prendre des dispositions relatives aux autres substances couvertes par le décret sur l'eau potable, voté par le Parlement wallon en avril dernier. Le Gouvernement pourra solliciter le Conseil à cette fin.

Le Conseil se réunira dans les meilleurs délais pour réaliser, en priorité, ses missions urgentes.


ODDs
ODD 3 : Bonne santé et bien-être
Donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être à tous les âges Le troisième objectif vise à assurer la santé et le bien-être de tous, en améliorant la santé procréative, maternelle et infantile, en réduisant les principales maladies transmissibles, non transmissibles, environnementales et mentales.

Partager cette news