Recherche

Médecine préventive : une grande étude menée par l’ULiège et le CHU de Liège


Dans Recherche Communiqués de Presse

L’ULiège et le CHU de Liège mène conjointement le projet ENSEMBLE, dont le but, en recrutant 10 000 patients, est d’améliorer les scores de risques polygéniques dans la population wallonne.

A

ujourd’hui, nous vivons de plus en plus vieux. Mais nous développons aussi de plus en plus de maladies dites « communes et complexes ». Cette dénomination désigne des maladies telles que les maladies cardio-vasculaires (comme les infarctus du myocarde), les cancers, les maladies métaboliques (comme le diabète), les maladies neurologiques (comme la maladie d’Alzheimer) ou encore les maladies inflammatoires (telles que les maladies rhumatologiques ou les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin).

L’augmentation de l’incidence de ces pathologies courantes est liée à notre mode de vie mais également au vieillissement de notre population. Cette augmentation entraine une pression sur notre système de soins de santé, mettant en péril l’accès à des soins médicaux de qualité pour tous.

Projet ENSEMBLE

Dans ce contexte, la médecine P3 (Préventive, Personnalisée, de Précision) jouera un rôle essentiel. Le projet ENSEMBLE, développé en collaboration par l’ULiège et le CHU de Liège, a pour objectif d’initier le déploiement de la médecine P3 en Région wallonne, d’améliorer les scores de risques polygéniques et d’adapter ceux-ci au profil spécifique de la population wallonne, dans sa diversité. À cette fin, d’ici à mi-2025, 10 000 patients suivis au CHU de Liège seront inclus sur une base volontaire dans l’étude ENSEMBLE.

À partir de l’analyse et de la comparaison à large échelle des gènes d’individus dans une population donnée, l’objectif est d’évaluer, via un score, le risque de survenue de certaines maladies communes et complexes (cancer du sein, cancer du côlon, etc.) et, dès lors, de renforcer le dépistage et la prévention de ces maladies. C’est un nouveau paradigme dans la prévention et le suivi médical qui se profile au cours des prochaines années, dans lequel s’inscrit le projet wallon ENSEMBLE ainsi que d’autres projets équivalents en Europe et dans le monde.

Certains pays, comme les pays scandinaves ou le Royaume-Uni, travaillent déjà avec les scores de risque polygénique depuis plusieurs années. En Belgique, et plus particulièrement en Wallonie, nous ne disposons pour l’instant que de peu de données en la matière. Le projet ENSEMBLE a pour mission de calibrer, c’est-à-dire adapter les scores de risque polygénique en Région wallonne. Une fois ces scores calibrés à notre population, de nouveaux outils seront créés et permettront, en association ou non à certains facteurs environnementaux, d’évaluer les risques de développer des maladies communes et complexes chez chaque patient.

Vivre plus vieux en bonne santé

L’espoir est que ces nouveaux outils permettent, dans le futur, de mieux orienter les politiques de dépistage, de prévention ou d’éducation à la santé. En complément d’autres mesures essentielles, le but est de pouvoir retarder ou empêcher l’apparition de maladies communes et complexes chez le patient. Par exemple, il pourra être conseillé à un patient, sur base de ces scores, de se faire dépister plus régulièrement pour un cancer du côlon, ou de tout faire pour stopper le tabagisme s’il présente un risque important d’infarctus du myocarde.

Le projet ENSEMBLE se focalise uniquement sur les maladies dites « communes et complexes », c’est-à-dire des maladies courantes, pouvant bénéficier d’une prévention ou d’un diagnostic précoce et pouvant faire l’objet de prises en charge efficaces et bien établies.

Par exemple :

  • Le cancer du sein
  • Le cancer du côlon
  • Le cancer de la prostate
  • Le cancer du poumon
  • L’infarctus du myocarde
  • L’hypertension artérielle
  • L’asthme
  • La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
  • Les allergies
  • L’obésité
  • Le diabète de type 2
  • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (comme la maladie de Crohn, la rectocolite ulcéro-hémorragique)
  • La cirrhose
  • L’insuffisance rénale chronique
  • Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)
  • La maladie d’Alzheimer
  • La maladie de Parkinson
  • La sclérose en plaques (SEP)
  • La dépression
  • L’addiction
  • Le choc septique

Informer la population et enjeux éthiques et philosophiques

La perspective de cette médecine dite P3 (Préventive, Personnalisée, de Précision) s’accompagne aussi bien entendu de questionnements éthiques et philosophiques, raison pour laquelle parallèlement à la réalisation de l’étude, ses initiateurs, les Pr Edouard Louis, Michel Georges et Vincent Bours, ainsi que son équipe de coordination, dont la Dr Sophie Vieujean, souhaitent à la fois informer largement le grand public et susciter des échanges interdisciplinaires sur cette révolution inéluctable de l’approche médicale.

Le projet ENSEMBLE est financé par le FEDER, dans le cadre du portefeuille MedReSyst (Médecine des Réseaux et des Systèmes). Il est réalisé en collaboration entre le CHU de Liège et l’ULiège (le GIGA et l’institut Montefiore).

Le projet a fait l’objet d’un colloque scientifique à la Faculté de Médecine ce 28 mars 2024.

ensemble 2024-3-800

© CHU de Liège

Intéressé·e par cette étude ?

Informations : Site Web
Contact mail : ensemble@uliege.be

Partager cette news