Spin off

Mesydel, une première année bien remplie !


Photo by Rawpixel on Unsplash

Créé en décembre 2017 à la suite d’un financement de la Région wallonne et de plusieurs années de développement du logiciel au sein du laboratoire Spiral, Mesydel est la première spin-off de la Faculté de Droit, de Sciences Politiques et de Criminologie de l’ULiege. La société commercialise un logiciel en ligne de consultation participative et une expertise scientifique multidisciplinaire, favorisant la prise de décision collective et l’émergence de consensus autour de thématiques complexes.

C

oncrètement, Mesydel s’appuie sur la méthode Delphi, une technique structurant la communication de groupe pour gérer des thématiques complexes. Après avoir défini la problématique et le panel d’acteurs consultés, un premier questionnaire leur est transmis, avec des questions ouvertes et fermées. Chaque participant répond aux questions de manière anonyme. Les réponses à ce questionnaire sont analysées et synthétisées par un membre de l’équipe Mesydel et servent de base à un nouveau questionnaire. Ce deuxième questionnaire permet à chaque participant de prendre connaissance des réponses des autres, de se positionner par rapport au groupe et d’affiner leurs réponses et idées précédentes.

Comme l’indique Martin Erpicum, gérant de Mesydel et développeur du logiciel, « Mesydel est un outil extrêmement polyvalent, il peut par exemple être utilisé comme outil d’aide à la décision dans des organisations, comme outil de consensus pour des fédérations représentatives, ou dans le cadre de recherche scientifique en médecine ou en ingénierie. Nous avons d’ailleurs récemment travaillé avec la Fondation Bill & Melinda Gates dans le cadre de la recherche d’un consensus scientifique autour de définitions médicales liées à des maladies tropicales ».

Ainsi, après plusieurs années sous cocon universitaire, 2018 était l’année du grand saut pour Mesydel. Pari réussi pour cette équipe dynamique qui vient de clôturer sa première année sans aucun soutien public avec des résultats très positifs, de nombreux projets réalisés et la commercialisation du logiciel sur le plan international.

Les projets touchent des domaines très variés comme la transition énergétique, le déploiement de la blockchain pour le secteur de l’aviation, l’anticipation des risques en matière de sécurité, le développement d’un outil réduisant le stress des patients en chirurgie et l’identification des thématiques-clés de recherche en agriculture sur un territoire donné.

Mesydel a ainsi collaboré avec différents centres de recherche de l’Université de Liège, mais aussi avec d’autres universités, comme celles d’Anvers, de Maastricht et de Limoges. En parallèle, Mesydel a également collaboré, notamment, avec le Standard de Liège, l’entreprise Roche ou encore l’incubateur wallon des sciences de l’ingénieur WSL. Par exemple, Mesydel a réalisé WSL, pour, un diagnostic partagé des besoins de ses start-ups et de la satisfaction des alumnis. La spin-off a permis la mise en place d’un outil d’évaluation d’articles scientifiques par un comité d’experts internes à la société pharmaceutique Roche. Mesydel a aussi collaboré avec le Standard de Liège pour redéfinir, avec les 64 clubs de supporters, les missions et le fonctionnement de la Famille des Rouches, l’ASBL qui fait le lien entre les clubs de supporters et la Direction du Standard de Liège.

Mesydel a également été utilisé dans différentes évaluations de politiques publiques en Région wallonne et en région de Bruxelles-Capitale, afin co-construire avec les acteurs impliqués des constats et des pistes d’améliorations. Ces évaluations ont permis, par exemple, de réaliser un diagnostic du fonctionnement du Guichet anti-discrimination d’Actiris et de l’organisation du pilotage et de la coordination du dispositif bruxellois de la Garantie pour la Jeunesse.

Enfin, Mesydel s’est internationalisé : différentes universités et organisations étrangères ont acheté un accès au logiciel, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Autriche, en Espagne, en France et en Nouvelle-Zélande. Cela représente environ 40% des clients de la spin-off. Mesydel a eu la chance de participer à la Mission royale au Portugal en octobre dernier en compagnie d’une centaine d’autres entreprises belges, ancrant cet essor à l’étranger.

Pour 2019, les choses s’annoncent tout aussi positives : plusieurs projets sont en phase de finalisation, avec des acteurs liégeois et internationaux, tandis que de nouvelles missions d’expertise sont déjà prévues pour les premiers mois de l’année. 2019 sera donc l’année de la confirmation pour la jeune spin-off qui cherchera à accroitre ses activités et investir dans le développement de son offre logicielle.

Contact

Martin ERPICUM

Partagez cette news