Communiqué de presse

RAGI : l’Intelligence Artificielle vous accueille


Financé par la Wallonie, le prototype RAGI, le nouveau système de Reconnaissance, Accueil et Guidance basé sur l’Intelligence artificielle, développé au sein de l’Institut Montefiore par les ingénieurs de l’Université de Liège y accueille ses premiers visiteurs.

L’Université de Liège a mis au point un prototype d’Intelligence Artificielle de reconnaissance, d’accueil et de guidance des personnes dans les bâtiments. Développé au moyen d’une subvention de la Wallonie d’un montant de 900.000 euros, le système RAGI (Reconnaissance, Accueil, Guidance basé sur l’Intelligence Artificielle) a été conçu par quatre ingénieurs informaticiens et électroniciens de l’Institut Montefiore (Faculté des Sciences appliquées) de l’ULiège. Il a été inauguré ce vendredi 29 mars en présence des industriels et représentants d’entreprises wallonnes de l’IT ainsi que de Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Vice-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le système RAGI associe robots, caméras, écrans et surtout beaucoup de calculs algorithmiques afin de reconnaître les visages de personnes et de les guider. Le prototype est installé au sein même du bâtiment de l’Institut Montefiore, les chercheurs disposant ainsi sur leur lieu de travail d’un système testé et amélioré en conditions réelles d’utilisation.

Ce système est un démonstrateur ayant pour vocation de vulgariser les compétences en Intelligence Artificielle de l’Institut Montefiore de l’ULiège, et plus particulièrement la reconnaissance faciale et la robotique.

Reconnaissance faciale

L’originalité de la partie reconnaissance faciale est qu’elle ne nécessite pas de connaître à l’avance les personnes à reconnaître et qu’aucune connexion avec le cloud n’est nécessaire. Lorsqu’un visiteur arrive, quelques photos sont prises de lui à la volée pendant qu’il interagit avec la borne d’accueil. À partir de là, il est directement reconnu dans tout le bâtiment.

Le système RAGI, tel qu’installé à l’Institut Montefiore, est composé de 50 caméras et est capable de localiser une centaine de personnes en temps réel.

Ne pas dépendre du cloud présente deux avantages majeurs :

  • La préservation du droit à l’image : aucune image ne sort du système (respect du RGPD).
  • Pas de dépendance à l’égard d’un service extérieur et contrôle total sur le temps d’exécution et l’algorithme de reconnaissance, optimisé par rapport aux conditions d’utilisation spécifiques.

Guidance robotique

L’originalité de la partie robotique consiste à être guidé par des robots de type Loomo que les ingénieurs de l’ULiège ont équipés d’un module supplémentaire d’Intelligence Artificielle. Cet ajout leur permet de communiquer avec le reste du système RAGI et de se localiser précisément dans le bâtiment lors de leurs déplacements. Ce module peut facilement s’adapter à d’autres types de robots.

Le prototype RAGI présenté aujourd’hui est le fruit d’une réflexion entamée il y a trois ans et d’un travail de développement réalisé par quatre ingénieurs civils sur une durée d’un an et demie, en collaboration avec d’autres chercheurs de l’Institut Montefiore de l’ULiège. Il s’agit d’un proof-of-concept, démontrant les compétences en Intelligence Artificielle de l’équipe RAGI à travers un projet concret.

Demain ?

Différentes perspectives s’ouvrent désormais pour les concepteurs du système RAGI.

Le prototype lui-même va continuer à évoluer dans le bâtiment de l’Institut Montefiore : dans l’esprit des Smart Buildings, on peut y ajouter d’autres types de capteurs, évoluer vers de nouvelles technologies d’Intelligence Artificielle au fur et à mesure de leur apparition, faire graviter des Travaux de Fin d’Études (TFE) et des doctorats autour du prototype RAGI…

Sur la base de l’expérience acquise avec le prototype, les chercheurs pourraient accompagner la mise au point de produits finis, comme par exemple :

  • Un système de guidance qui se déploie rapidement dans des grands bâtiments.
  • Des robots qui aideraient les clients d’un hôtel à trouver leurs chambres et porteraient leurs valises.
  • Un système de détection de déchets/objets à trier sur une chaîne de recyclage.
  • Couplé à une base de donnée de la police, un système capable d’identifier des personnes potentiellement dangereuses dans des espaces publics (gares, aéroports, métro,…).
  • Etc

Lire le dossier de presse (fichier PDF, 20 p., 28 Mo)

Contact presse

François VAN LISHOUT,
Docteur ingénieur civil informaticien, Institut Montefiore, Faculté des Sciences appliquées de l’Université de Liège

Images et vidéo à télécharger

https://dox.ulg.ac.be/index.php/s/GCh9Sv3KuksQ7B9

Photos © Jean-Louis Wertz/ULiège

Partagez cette news