Recherche - Préhistoire

Un bâton de jet vieux de 300 000 ans documente l'évolution de la chasse


Dans Recherche International
Vue d'ensemble des fouilles à Schöningen. Photo J. Serangeli

Homo heidelbergensis utilisait des armes en bois pour chasser les oiseaux aquatiques et les chevaux

L

es chasseurs de l'ère glaciaire en Europe du Nord étaient très habiles et utilisaient une large gamme d'armes efficaces. Un bâton de jet en bois trouvé et étudié par les équipes de l'Université de Tübingen (Allemagne), de l'Université de Liège (Belgique) et du Centre Senckenberg pour l'évolution humaine et le paléoenvironnement à Schöningen (Allemagne), met en évidence la complexité de la chasse précoce. Cette découverte est présentée dans une étude publiée dans Nature Ecology & Evolution.

Les recherches menées à Schöningen démontrent qu'il y a déjà 300 000 ans, l'Homo heidelbergensis utilisait une combinaison de bâtons de jet, des épieux et des armes d’hast. Les auteurs, incluant le professeur Nicholas Conard et le Dr Jordi Serangeli, qui dirigent les fouilles, ainsi que Dr Veerle Rots de l’Université de Liège qui a analysé l’objet, attribuent cette découverte exceptionnelle à la remarquable conservation d'objets en bois dans les sédiments lacustres saturés d'eau de Schöningen.

news chasse 2

Le nouveau bâton de jet in situ au moment de la découverte.
Photo : A. Gonschiore

 

Le bâton de jet a été retrouvé dans la couche 13 II-4, qui a donné dans les années 1990 des exemples des épieux, un arme d’hast et d'autres outils en bois de fonction inconnue. Comme presque toutes ces découvertes, le nouvel artefact a été soigneusement sculpté dans du bois d'épicéa, comme l'a confirmé le Dr Gerlinda Bigga, qui étudie la structure du bois utilisé pour les outils. Le bâton de jet mesure 64,5 cm de long, 2,9 cm de diamètre et pèse 264 grammes. La section transversale est asymétrique, avec un côté rond et un côté plus plat.

Veerle Rots, Maître de Recherches du FNRS qui dirige le groupe de recherche TraceoLab de l'Université de Liège, montre comment le concepteur de ce bâton de jet a utilisé des outils en pierre pour couper les branches à ras et ensuite pour lisser la surface de l'artefact. L'artefact conserve des cassures d'impact et des dommages correspondant à ceux trouvés sur des exemples ethnographiques et expérimentaux de bâtons de lancer.

news chasse 4

Nouveau bâton de jet de Schöningen couche 13 II-4 avec quatre vues et plus de détails.

1 : Grande dépression avec une morphologie en gradins causée par l'impact.
2 : Dommage causé par l'impact, sous la forme de deux petites dépressions.
3 : Exemple d'une branche qui a été coupée et broyée au ras de la surface de la lance.
4 : Fine section de l'extrémité endommagée de l'artefact montrant la structure cellulaire bien préservée du bois d'épicéa.

Image : G. Bigga, V. Minkus & V. Rots.

 

En vol, les bâtons de jet, également appelés « rabbit sticks » ou « killing sticks », tournent autour de leur centre de gravité et ne reviennent pas au lanceur, comme c'est le cas des boomerangs. Au contraire, la rotation permet de maintenir une trajectoire droite et précise tout en augmentant la probabilité de frapper les animaux proies. Ce sont des armes efficaces à diverses distances, qui peuvent être utilisées pour tuer ou blesser des oiseaux ou des lapins, ou pour conduire de plus gros animaux, comme les chevaux qui ont été tués et massacrés en grand nombre au bord du lac de Schöningen. Les restes de cygnes et de canards sont également bien documentés dans la zone de la découverte.

Des expériences montrent que le lancer de bâtons de cette taille atteint une vitesse maximale de 30 mètres par seconde. Des études ethnographiques menées en Amérique du Nord, en Afrique et en Australie montrent que la portée de ces armes varie de 5 à plus de 100 mètres.

Les chances de trouver des objets en bois du paléolithique sont normalement nulles, mais Schöningen, grâce à sa préservation exceptionnelle, a produit de loin les outils en bois et le matériel de chasse les plus importants et les plus volumineux du paléolithique.

news chasse 3

Les chasseurs des rives du lac de Schöningen utilisaient probablement le bâton de jet pour chasser les oiseaux aquatiques (en haut) ou pour conduire les chevaux à l'endroit où ils seraient tués à la lance (en bas).

Dessin : B. Clarys



Les fouilles à Schöningen sont financées par le ministère des sciences et de la culture du Land de Basse-Saxe et sont menées en coopération avec l'Office du patrimoine du Land de Basse-Saxe. Les recherches de Veerle Rots sont financées par le Conseil européen de la recherche (convention de subvention ERC n° 312283), le Fonds pour la recherche scientifique (FNRS) et l'Université de Liège.

Référence

Nicholas J. Conard, Jordi Serangeli, Gerlinde Bigga et Veerle Rots : “A 300,000-year-old throwing stick from Schöningen, northern Germany, documents the evolution of human hunting.” Nature Ecology & Evolution, DOI : 10.1038/s41559-020-1139-0

iconeInfo Contacts

Dr. Veerle Rots
Maître de Recherches du FNRS, directrice du TraceoLab / Préhistoire à l’Université de Liège

Prof. Dr. Nicholas Conard
Universität Tübingen
Senckenberg Zentrum für menschliche Evolution und Paläoumwelt Tübingen

Jordi Serangeli
Universität Tübingen
Senckenberg Zentrum für menschliche Evolution und Paläoumwelt - Forschungsstation Schöningen

Partagez cette news