Projet scientifique

E-TEST : l’Euregio se prépare au télescope Einstein


Dans Recherche

L’Union Européenne, au travers de son programme Interreg V-A EMR, a soutenu et finance le projet E-TEST, coordonné par des scientifiques de l’Université de Liège. Doté de 15 millions d’euros, ce projet vise à permettre au consortium de partenaires impliqués dans le grand projet du télescope Einstein, d’effectuer des premières études sur les sous-sols de l’endroit pressenti pour l’installation du télescope, dans la région des Trois Frontières au sein de l'Euregio Meuse-Rhin, ainsi que la construction au Centre Spatial de Liège d’un prototype – jamais réalisé à ce jour – de grand miroir suspendu à température cryogénique.

L

e Kick-off event du projet E-TEST, prévu au printemps dernier et reporté en raison de la crise du coronavirus, s’est tenu online ce 9 octobre 2020 : 150 scientifiques et entreprises belges, hollandais et allemands y ont pris part.

Le consortium E-TEST est composé de onze partenaires : ULiège,  Fraunhofer ILT, RWTH Aachen, Universiteit Hasselt, KULeuven, Nikhef, UniBonn, NMWP, KNMI, Maastricht Universiteit et UCLouvain.

Einstein Telescope : nouvelle fenêtre sur les débuts de l’Univers

Le projet du Télescope Einstein est un nouveau projet européen de grande infrastructure scientifique. Il a pour objectif de créer le plus grand laboratoire mondial en matière de détection d'ondes gravitationnelles (d’infimes soubresauts de l’espace-temps) afin de tenter de mieux comprendre la théorie du big bang. L’équipement consistera en trois interféromètres géants, longs de 10 km, disposés en triangle et enfouis entre 200 et 300 mètres de profondeur.

Prédites par Albert Einstein il y a un siècle, les ondes gravitationnelles ont été observées pour la première fois le 14 septembre 2015. L’enthousiasme des physiciens et des astronomes du monde entier était à son comble : ils savaient qu’ils disposaient désormais d’un nouvel outil pour étudier l’univers. L’observation des ondes gravitationnelles mènera à de nouvelles découvertes, par exemple sur la genèse des trous noirs et sur les débuts de l’Univers, juste après le big bang. Une nouvelle ère a commencé en physique et en astronomie.

Plusieurs sites d’implantation sont actuellement envisagés en Europe pour le futur télescope Einstein, dont la région à la frontière entre la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne, mais aussi la Sardaigne. Une décision sur la localisation du télescope Einstein serait prise en 2023, et l’infrastructure devrait voir le jour dans les années 2030.

E-TEST : une étude géologique et un miroir cryogénique révolutionnaire

Il y a deux raisons principales pour lesquelles le télescope Einstein sera beaucoup plus précis que les détecteurs d’ondes gravitationnelles existants. Tout d’abord, il sera situé à 250 m sous terre afin de réduire les perturbations indésirables. Deuxièmement, le télescope Einstein sera constitué de technologies nouvelles et innovantes. Le projet Interreg E-TEST couvre ces deux aspects.

Le premier projet consiste en une étude approfondie des sous-sols, via des capteurs et senseurs enfouis à 300 mètres de profondeur, permettant de cartographier et modéliser les sous-sols de la région afin de s’assurer de leur stabilité. Cette étude permettra de consolider l'emplacement du télescope Einstein, et d’optimiser sa conception dans la région. C’est l’équipe de géophysique appliquée autour du Pr Frédéric Nguyen (UEE, Faculté des Sciences Appliquées) qui coordonne ce projet.

Le second projet consiste dans le développement d’un prototype de grand miroir suspendu à température cryogénique, un prototype encore jamais réalisé à ce jour. La mise en place de ce prototype permettra de valider la technologie qui pourra améliorer grandement la sensibilité du télescope Einstein aux ondes gravitationnelles de basses fréquences, générées par la fusion de trous noirs très massifs. Le prototype sera développé au Centre Spatial de Liège (CSL) et constituera une nouvelle prouesse scientifique et technologique. Le Pr Christophe Collette (Département Aérospatiale et Mécanique, Faculté des Sciences Appliquées), titulaire de l’ERC Consolidator Grant SILENT (Seismic IsoLation of Einstein Telescope), coordonne ce projet, développé avec les équipes du CSL autour du Pr Jérôme Loicq.

Le projet E-TEST est réalisé dans le cadre du Programme Interreg V-A Euregio Meuse-Rhin, avec 7,5 millions d'euros provenant du Fonds européen de développement régional (FEDER). L’autre moitié du financement provient de la Wallonie, la région flamande, la province du Limbourg belge, la province du Brabant flamand, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la province du Limbourg néerlandais et le ministère néerlandais de l'économie, ainsi que des fonds propres des partenaires du projet.

Contact Interface entreprises-Université

Annick PIERRARD
MScBiochemistry | Senior Manager - Interreg Projects

Interreg-Logo 
Interreg est l'outil de l'Union Européenne pour soutenir les projets transfrontaliers qui, autrement, ne seraient pas réalisés. Le programme Interreg V-A Euregio Meuse-Rhin (EMR) investit près de 100 millions d'euros dans le développement de notre région jusqu'à la fin de 2020. En investissant des fonds européens dans des projets Interreg, l'Union européenne investit directement dans le développement économique, l'innovation, le développement territorial, l'inclusion sociale et l'éducation dans l'Euregio Meuse-Rhin

Partagez cette news