PHENIX fédère les plateformes technologiques et analytiques wallonnes pour innover dans l’agro-alimentaire


Dans Recherche Entreprises et Innovation

Un nouveau réseau de plateformes technologiques et analytiques dans le domaine agro-alimentaire naît avec le projet PHENIX, soutenu par la Wallonie et les fonds européens du FEDER.

Ce consortium coordonné par l’ULiège (Pr Gauthier Eppe) rassemble des plateformes analytiques des universités de Liège, Mons et Bruxelles, ainsi que les centres de recherches agréés CER Groupe et Celabor, et va permettre d’acquérir, d’ici à la fin 2025, des équipements de pointe au service tant des chercheurs que des entreprises. Au total, PHENIX mobilise une quinzaine d’équipes de recherche.

La création du réseau PHENIX est adossée à la stratégie wallonne de spécialisation intelligente du territoire. Il s’inscrit dans le Domaine d’Innovation Stratégique « Chaînes agro-alimentaires du futur et gestion innovante de l’environnement » (DIS 5) et prend spécifiquement appui sur les Initiatives d’Innovation Stratégique Foodbooster, DigiBiocontrol et PROTEWIN.

Foodbooster, coordonnée par l’ULiège (Pr Gauthier Eppe) et le CER Groupe (Nathalie Gillard), a pour objectif de renforcer la filière wallonne des ingrédients et des aliments fonctionnels en prébiotiques, probiotiques et peptides bioactifs.

L’ULiège impliquée dans le portefeuille de projets Foodwal

DigiBiocontrol, coordonné par l’ULiège – Gembloux Agro-Bio Tech (Pr Philippe Jacques, Terra Research Center), se positionne sur les nouveaux produits phytosanitaires destinés aux marchés des biopesticides, des biostimulants, des bioinsecticides, des biofongicides et des stimulateurs naturels des plantes.

PROTEWIN, coordonné par le CELABOR, vise l’indépendance protéique de la Wallonie grâce au déploiement de la filière des protéines végétales et alternatives tout en proposant de nouvelles solutions technologiques pour les industriels du secteur.


Pour rappel, la Wallonie se fixe l’objectif de compter 30% des surfaces agricoles en agriculture biologique d’ici à 2030.

Grâce à ce financement remarquable, la Wallonie va intégrer sous une même coupole des instruments de caractérisation moléculaires exceptionnels, des équipements de synthèse, de production, d’extraction, de purification ou de texturation tout à fait innovants.

« Ce réseau d’équipements et d’expertises scientifiques va concrètement aider la Wallonie à réaliser ses objectifs en matière d’innovation technologique dans le domaine agro-alimentaire et permettre l’accès à une alimentation de qualité d’une part, en diminuant l’impact de l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture et, d’autre part, tendre vers une alimentation plus saine en soutenant l’innovation et la compétitivité de la filière wallonne des ingrédients et aliments fonctionnels », commente le Pr Gauthier Eppe.

« La structuration des plateformes technologiques au sein de PHENIX va notamment permettre l’accès à des outils de caractérisation pour des PME dépourvues de laboratoires ad hoc ou de compétences très spécifiques. Le réseau va ainsi permettre de doper l’innovation en renforçant les interactions entre les multiples acteurs, quelle que soit leur taille, du secteur agro-alimentaire en Wallonie. »

« Le réseau PHENIX, qui va rapidement être pourvu des meilleurs équipements disponibles à l’heure actuelle, va renforcer la visibilité internationale des compétences wallonnes, et ouvrir des portes pour de nouvelles collaborations et intégrer des réseaux scientifiques de dimension européenne et internationale. »

Le réseau PHENIX (Plateformes technologiques et analytiques d’excellence wallonne en agro-alimentaire) a tenu son Kick-off Meeting ce 16 novembre 2023 à l’ULiège (Château de Colonster).

Partager cette news