Le Pr Vanderplasschen, 1er vétérinaire lauréat du Prix GSK Vaccines


Alain Vanderplasschen, professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Liège où il dirige le Laboratoire d’Immunologie et Vaccinologie, reçoit ce samedi 10 décembre au Palais des Académies à Bruxelles le Prix GSK Vaccines, le plus important en Belgique dans le domaine de la vaccinologie. C’est la première fois depuis sa création en 1959 que ce prix scientifique prestigieux est attribué à un chercheur en sciences vétérinaires.

L

e Prix GSK Vaccines récompense les travaux originaux d’Alain Vanderplasschen dans l’étude et la mise au point d’un vaccin contre l’herpèsvirus de la carpe (le Cyprinid herpesvirus 3 encore appelé Koi Herpesvirus ou KHV). Depuis le début des années 2000, ce virus cause des ravages au niveau mondial dans les élevages de carpe commune et de carpe koi. L’enjeu est considérable : la carpe commune est l’un des poissons les plus largement élevés en pisciculture avec une production mondiale de 4,5 millions de tonnes par an. Elle représente une source importante de protéines animales dans l’alimentation de millions de personnes principalement en Asie, en Europe de l’Est et au Moyen-Orient, alors que sa sous-espèce la carpe koi est un poisson d’ornement pouvant valoir jusqu’à 100.000 euros. Les carpes communes et koi représentent donc un véritable pilier économique et alimentaire pour des millions de personnes dans le monde.

Après avoir séquencé le génome du KHV, le Pr Alain Vanderplasschen et son équipe ont mis au point un vaccin original en modifiant génétiquement le virus de manière à le rendre incapable de rendre les poissons malades mais tout en préservant la capacité du virus à initier une infection bénigne. Le vaccin directement administré dans les bassins d’élevage stimule le système immunitaire des poissons et les protège de la maladie. Ce procédé breveté est aujourd’hui en plein développement économique. « Dans le cas du KHV, nous avons "atténué" le virus mortel pour en faire un vaccin en lui enlevant par génie génétique un gène essentiel à sa virulence. Notre vaccin est donc un OGM. Nos travaux illustrent le fait que certains OGM ont un potentiel bénéfique en protégeant la vie d’animaux qui, sans la vaccination, auraient succombé au virus dans d’atroces douleurs », souligne le Pr Alain Vanderplasschen.

L’expérience acquise sur le KHV incite l’équipe du Pr Alain Vanderplasschen à poursuivre désormais ses recherches sur d’autres pathogènes du monde animal, notamment ceux qui déciment des espèces en voie de disparition comme l’anguille européenne. « Ces recherches sur les relations hôtes-pathogènes permettent de concilier deux objectifs : faire progresser les connaissances scientifiques sur un plan fondamental tout en apportant une solution pour lutter contre des virus dont le poids économique ou écologique est important », explique Alain Vanderplasschen.

Lire l'article : de la théorie à la pratique

vid-img-1
Youtube

Un vaccin contre l’herpèsvirus de la carpe

Alain Vanderplasschen est professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Liège où il dirige le Laboratoire d’Immunologie et Vaccinologie. Il est le premier chercheur à s'être vu attribuer le prix GSK Vaccines. 

A propos d'Alain Vanderplasschen

Alain Vanderplasschen est né le 27 Juin 1967. En 1985, il entame des études de Médecine Vétérinaire à l’école vétérinaire de Cureghem (Bruxelles, Université de Liège). A la fin de sa deuxième année, il est repéré par le Prof. Paul-Pierre Pastoret qui y enseigne l’immunologie. Parallèlement à la poursuite de ses études, Alain Vanderplasschen sera élève-chercheur au sein du laboratoire du Prof. Pastoret qui deviendra progressivement pour ce premier un père spirituel. Diplômé Docteur en Médecine Vétérinaire en 1991, major de promotion avec la plus grande distinction (Université de Liège), il entame sa carrière scientifique comme aspirant du FNRS dans le laboratoire du Prof. Pastoret. Il y réalise une thèse de doctorat sur les interactions survenant entre les cellules bovines et l’herpèsvirus bovin 4 (laboratoire d’Immunologie-Vaccinologie, Université de Liège). Il part ensuite pour l’Université d’Oxford où il réalisera une thèse d’agrégation sur le virus de la vaccine (le virus qui a permis l’éradication de la variole humaine) dans le laboratoire du Prof. G.L. Smith (Sir William Dunn School of Pathology, Oxford University).

De retour à Liège en 1998, Alain Vanderplasschen poursuit sa carrière au FNRS et devient le premier vétérinaire a obtenir un poste permanent dans l’histoire du FNRS, il gravit ensuite tous les échelons de la carrière FNRS en devenant maître de recherches en 2002 et directeur de recherches en 2006. Il est alors âgé de 39 ans et est le plus jeune directeur de recherches du FNRS. En 2007, il quitte le FNRS pour succéder à son Maître et devient ainsi Professeur d’Immunologie-Vaccinologie à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Liège. Ses recherches y portent sur l’étude des interactions hôtes-pathogènes et plus particulièrement sur les mécanismes développés par les pathogènes pour se prémunir voire utiliser le système immunitaire de l’hôte infecté (une thématique appelée immuno-évasion). Le laboratoire d’Alain Vanderplasschen est également à l’origine de plusieurs innovations dans le domaine de la vaccinologie animale. Alain Vanderplasschen est le promoteur de nombreuses thèses de doctorats défendues, l’auteur de plus de 140 publications répertoriées dans les domaines de la microbiologie, l’immunologie et la vaccinologie. Il est également l’inventeur de 6 brevets relatifs à l’identification d’inhibiteurs du système du complément dans la salive de la tique Ixodes ricinus et au développement de divers vaccins. Il est le lauréat de plusieurs prix scientifiques prestigieux.

Le Pr Alain Vanderplasschen est un chercheur qui accumule les premières puisqu'il devient le premier médecin vétérinaire à recevoir le prix GSK Vaccines, créé en 1959. Ce prix prestigieux, qui récompense un parcours de recherche remarquable arrimé sur les relations hôtes-pathogènes dans le monde animal, lui a été remis au Palais des Académies de Bruxelles le 10 décembre 2016 en présence de personnalités prestigieuses.

consulter le site web de son labo

Partagez cette news