Le Musée Wittert présente des merveilles et curiosités des collections d'art universitaires dans un superbe écrin

Dans Campus Culture Vie étudiante

Ce jeudi 19 avril, après quelques semaines intenses de préparation, le Musée Wittert a réouvert ses portes au public et présente pour l'occasion une exposition surprenante de merveilles et curiosités des Collections artistiques universitaires, dans un espace transfiguré, grâce à un ingénieux dispositif scénographique.

L

es collections d'art de l'ULiège sont riches de plus de 60 000 œuvres : de l’estampe à l’art africain, en passant par la photographie, la numismatique, la sculpture et bien sûr, la peinture. C’est grâce au legs du baron Adrien Wittert en 1903 que l’Institution s’est dotée de collections d’art d’importance : 25 000 dessins et estampes, une cinquantaine de tableaux anciens, plus de 100 matrices, sans oublier les manuscrits et incunables aujourd’hui conservés à la bibliothèque. Et c’est naturellement pour rendre hommage à ce généreux mécène que le musée vient d’être rebaptisé Musée Wittert. Profitant de l'occasion, il s'est doté d'une nouvelle indentité, conçue par NN Studio et une nouvelle signalétique, qui joue sur le M et W.

 

Merveilles et curiosités

L'espace d'exposition du Musée étant très réduit, le Musée a fait appel au scénographe Nicolas Wolkenar qui a imaginé le réaménagement complet d’une des deux salles : après des travaux de gros œuvre et de peinture, des cloisons mobiles ont été installées, permettant un accrochage permanent sur l’une des faces. À la manière d’un livre ou d’un coffre-fort, ces cloisons peuvent très facilement se refermer en cachant le précieux contenu et ainsi faire place à un accrochage temporaire.

L’exposition « Merveilles et curiosités » est donc une exposition semi-permanente que le public pourra admirer à différentes périodes de l’année, entre les expositions temporaires. Elle présente un éventail de pièces maîtresses des collections qui illustre leur diversité et leur richesse. La sélection se focalise sur des œuvres rares, précieuses, à l’histoire parfois étonnante. Des pièces étranges aussi, tant par leur iconographie qui quelques fois nous échappe, que par leur utilisation ou leur contexte de production.

 

Une politique d'exposition temporaire dynamique

Dès le 8 juin prochain, le Musée Wittert accueillera une exposition d'Élisabeth Waltrégny, photographe reconnue en Belgique et en France.

Au mois de septembre, l'exposition Merveilles et curiosités reprendra sa place. Des visites guidées seront d'ailleurs organisées par Art&fact les 8 et 9 septembre, dans le cadre des Journées du Patrimoine à l'ULiège.

L'équipe des Collections artistiques prépare déjà avec le GAR – Faculté d’Architecture, l’École supérieure des Arts de la Ville de Liège, la 3e édition du cycle Archidoc, qui sera consacrée à l'architecte Bernard Herbecq, à la fin de l'année 2018.

L’année 2019 s’ouvrira par l'exposition « Matérialités de la fête » dont le commissariat scientifique est assuré par Annick Delfosse, professeure dans la service d’histoire moderne et Rosa De Marco, post-doctorante dans ce même service. Cette exposition  – et c’est une grande première –  présentera des pièces de différentes collections universitaires : bien sûr des gravures du Musée mais également des pièces du CHST, du GAR-Faculté d’Architecture, du MPAST et de certains des acteurs de l’Embarcadère du Savoir.

 

Partagez cette news